Cultures

À l’Écran
/ Kurdes : deux docs pour comprendre

Extrait du film "Ez Kurdim".
Extrait du film "Ez Kurdim".

Qui sont les Kurdes ? Deux documentaires, Ez Kurdim et La Dérive autoritaire d’Erdogan (disponible sur Youtube), ont répondu à cette vaste question lors d’une soirée, jeudi 7 septembre, au cinéma l’Écran. Ils montrent le combat de femmes et d’hommes d’un peuple sans État, répartis dans quatre pays limitrophes (Turquie, Syrie, Irak, Iran), à l’identité longtemps niée. Les films se focalisent sur leur situation dans le pays d’Atatürk où les Kurdes subissent aujourd’hui de plein fouet les foudres du président Recep Tayyip Erdogan.

Depuis 2016, des centaines d’élus du Parti démocratique des Peuples (HDP) sont derrière les barreaux. C’est le cas de Zeynep Sipçik, maire de la petite ville de Dargeçit, que son homologue dionysien Laurent Russier parraine depuis juillet dernier. Cette femme de 32 ans est accusée de liens avec la guérilla kurde considérée comme « terroriste » par le pouvoir turc.

La Dérive autoritaire d’Erdogan raconte parfaitement ce tournant despotique du leader islamo-conservateur, qui est allé crescendo depuis son accession au pouvoir en 2003. Les conditions de tournage du film dans le Kurdistan turc, au sud-est du pays, témoignent de ce durcissement : en à peine quelques jours au printemps 2017, avec le minimum de matériel, sans autorisation, pour éviter de se faire emprisonner, comme c’est arrivé en juillet au journaliste français Loup Bureau. « La situation a évolué dans le pire », souligne Antoine Laurent, qui a coréalisé Ez Kurdim (« Je suis Kurde ») cinq ans plus tôt quand « la parole était encore libre » en Turquie. « Les gens disent qu’il y a un recul de 25 ans », soutient quant à lui Chris Den Hond, co-auteur de La Dérive avec Mireille Court. L’ambiance actuelle lui rappelle celle des années 1990 quand l’État turc était en pleine guerre contre la guérilla du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Un conflit qui avait alors fait plus de 40 000 victimes.

Optant d’abord pour l’ouverture envers les minorités, le dirigeant turc a pris un virage nationaliste ces dernières années, énoncé par sa formule « un seul peuple, un seul État ». Les conséquences de cette politique d’assimilation sont magnifiquement illustrées dans le très poétique Ez Kurdim. « Je ne peux pas parler ma langue maternelle », témoigne Nûjiyan, qui a grandi dans un pays où l’usage du kurmanci a longtemps était interdit. Aujourd’hui autorisé, l’État turc ne le reconnait néanmoins toujours pas comme une langue officielle.

Malgré cette situation, de l’optimisme émane des deux films : les protagonistes sont convaincus que leur lutte va triompher. « Ce qui est incroyable, exprime le réalisateur Chris Den Hond,c’est la faculté de résistance jusqu’à aujourd’hui des Kurdes. Ils ont l’habitude des hauts et des bas. Ils attendent la fin d’Erdogan pour de nouveau progresser. » Pour lui, l’espoir se trouve en Syrie où les Kurdes construisent une confédération politique plurielle. Le nouveau monde se construit aussi dans le chaos.  

Aziz Oguz

Pour en savoir plus: 

Réactions

Les kurdes sont les rebelles soit disant moderé soutenu par la coalition Américano/Israëlienne dans la guerre contre la Syrie. La coalition souhaite leur créer un état dans l'Irak actuelle, colonisé par les USA dans une guerre sous de faux prétexte d'armes de destruction massive. Ni la Turquie, ni l'Iran, ni la Syrie..ne laisseront la spoliation d'un territoire Arabe depuis de milliers d'années au profit d'un peuple qui a souvent été victime plus que bourreau. BHL s'active depuis plusieurs mois sur tous les plateaux tv pour glorifier ce peuple et on sait tous que quand BHL soutient une minorité, une guerre est à l'horizon.
Je vais te repondre Abdel pseudo non identifié... Quand au Kurdes, je t'invite comprendre ce qu'est les Medes les Kurdes avent que tu parle des choses dont tu ne sais, si non tu serais encore sur le dos de ton chammelle dans le desserte si ce n'est que Salahaddin Eyyubuide le dernière dynastie Kurde vous libere ou vous rends votre dignité mais décidement il y a en a encore ce qui crache les assite de repas les offetre au lieu de remercier, je n'en dirais pas plus....Les Kurdes sont chez eux et ne reclame même u cm2 de plus, mais dis clairement la période de vache a lait c'est finir et dehor degagez... est-ce claire.....! Abdel bidul......personne ne vous demende rien , mais degagez de chez les Kurdes de leurs territoire, si vous ne savez pas remerciez le Salahaddin dynastie Kurdes Ayyubide, soyez au moins reconnoissante vous avoir liberer des Bottes des Turcs....rien ne vous empeche vivre sous la domination Turc elle ne vous regarde qu'a vous mais pas les Kurdes...alors est-ce claire....
@serge je suis pas Arabe et mon pays d'origine n'a jamais été colonisé par les Turcs, donc je ne vous dois rien. Faire un état Kurde en spoliant une partie de la Syrie, de l'Irak et de la Turquie..pour y construire des bases militaires Américaines à la frontière Iranienne pour couper la route de la soie à la Chine, et créer un nouvel allié du chaos à Israël..voilà l'unique but de cet état pour la coalition Américano/Israëlienne. Que vous souteniez cet état, pas de souci, mais il faut informer les gens des protagonistes de cette nouvelle guerre sans fin qui se profile au Moyen-Orient et des milliers de morts à prévoir. Daech est en phase d'être entièrement détruit, laissons cette région en paix.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.