À la une En ville

Jardin Haguette
/ Ici, on cultive la fraternité

Niché dans une petite rue du centre-ville, c’est un coin de verdure – en devenir – investi par les riverains pour y planter des légumes et entretenir le bien vivre ensemble.
Samedi 11 mars, au 5, passage Haguette.
Samedi 11 mars, au 5, passage Haguette.

« Ouah, ça a beaucoup changé ! », lance Elina en arrivant samedi 11 mars dans le jardin du 5 passage Haguette. Elle y vient régulièrement avec Rachel, sa mère et Matilde « sans h », sa petite sœur. Elle fait le constat de l’avancement des travaux, ayant raté un rendez-vous la semaine précédente pour cause de pluie. Matilde, pour sa part, se précipite vers la jardinière des enfants, conçue à partir de palettes récupérées, dans laquelle les jardiniers en herbe ont planté des légumes le 25 février. Et c’est facile de s’y retrouver, chaque légume est repérable par une étiquette qui l’identifie ainsi que le gamin qui a planté. Trop tôt, pour l’instant, pour apercevoir autre chose que de la terre. Sans aucune marque de découragement, les deux petites filles viennent prêter main forte aux onze adultes présents sur les 420 m2 du terrain. La délimitation des différents espaces du lieu constitue la principale tâche de ce jour. Détente, jardinière, enfants et événement sont les différents pôles qui vont composer le jardin Haguette.

Le choix a été fait au cours d’une réunion et le plan élaboré alors sert de boussole. Anne, Barbara, Corine, Geneviève, Samia, Thérèse, Tini, Arthur, Hervé, Philippe et Yannick, maillets dans les mains gantées, enfoncent des piquets et y enroulent de la ficelle. En cette fin d’hiver, tout est en place pour envisager les plantations printanières. D’ores et déjà les crocus pointent un bout de verdure. Des composteurs en bois, fournis par Plaine Commune, un au fond et deux à l’entrée, n’attendent que les déchets végétaux des riverains.

« en partant des savoir-faire de chacun, il est possible de créer du collectif, une autre manière d’envisager la fraternité »

Avant d’en arriver là, de nombreux rendez-vous du samedi ont été nécessaires. Après la destruction des garages qui s’y trouvaient et la fermeture par une palissade peinte par le collectif Compact Creation fin 2015, début 2016, il a fallu nettoyer et construire des jardinières susceptibles d’accueillir les plantations (la pollution empêchant d’accueillir des cultures en pleine terre). Qui dit jardin dit terre, quelques absents du terrain ce jour-là sont partis en récupérer. Il faudra aussi se soucier de trouver, par un moyen ou par un autre, un récupérateur d’eau pour assurer une partie de l’arrosage.

Ce projet de jardin est rendu possible par la signature d’une convention entre le Collectif Haguette, Plaine Commune (propriétaire) et la Ville de Saint-Denis. À terme, à cet endroit, des constructions verront le jour. Et la question de garder la mémoire de cette expérience, sous une forme ou sous une autre, se pose d’ores et déjà. En attendant, ce jardin transitoire permettra, pendant quelques années,  de tisser des liens entre voisins. Geneviève Bellanger, présidente du collectif Haguette et très investie, constate que « au-delà du vivre ensemble, cette expérience permet de faire ensemble ». Elle ajoute « en partant des savoir-faire de chacun, il est possible de créer du collectif, une autre manière d’envisager la fraternité ». Toujours avec cette même préoccupation, cultivant des valeurs communes, le collectif Haguette ouvrira les portes de son jardin samedi 22 avril de 10h à 17h à tous les Dionysiens.  

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.