Portrait

Frédéric Couchet
/ Hyper activiste

Geek. Il y a vingt ans, il a fondé l’April, pour promouvoir et défendre le logiciel libre. Aujourd’hui, insatiable défenseur de la liberté, de l’égalité et de la fraternité, il s’est mis en quête d’une nouvelle cause dans laquelle s’investir.
Frédéric Couchet.
Frédéric Couchet.

« Parle-moi de tes enthousiasmes du moment. » C’est ainsi que depuis une semaine Frédéric Couchet s’adresse à ses proches. Depuis qu’il s’est « mis en mode ouverture d’esprit » et en tête de récolter « des idées auxquelles contribuer », avec l’envie d’être inspiré par d’autres causes, « d’autres ikigaï comme on dit en japonais », que celle qui anime cet activiste depuis vingt ans. L’activisme, pour ce geek de 46 ans, c’est « une valeur humaine essentielle », mais c’est aussi un état d’esprit, une philosophie et un besoin. Celui « de se rendre utile », « d’améliorer les choses », « d’avoir un impact sur la société ». De belles paroles qui sont loin de n’être qu’une simple déclaration d’intention. Changer le monde, il s’y attelle depuis 1996, année où il a créé l’April, pour promouvoir et défendre le logiciel libre, qui n’est rien de moins qu’une déclinaison des principes républicains appliqués au numérique. « Parce que le logiciel libre, c’est la Liberté, celle d’utiliser le logiciel, de comprendre son fonctionnement, de le modifier et de le redistribuer. C’est aussi l’Égalité, parce que tout le monde a les mêmes droits et c’est la Fraternité, parce que le but, c’est le partage et la coopération. »

Bien sûr, le logiciel libre, c’est avant tout un projet politique et c’est aussi cette dimension-là qui l’a porté dans son engagement militant. « Mes parents étaient de deux bords différents, donc ça ne parlait pas beaucoup politique à la maison... » Ça ne l’a pas empêché de s’y passionner très jeune. « D’ailleurs j’aurais fait Science Po, si je n’avais pas été aussi nul en anglais. » Finalement, il se retrouve à étudier l’informatique à Paris 8. C’est là qu’il a chopé le virus, contaminé par des profs acquis à cette cause. « Je n’avais pas le profil entrepreneur économique, mais plutôt social, du coup j’ai voulu créer une association. » Pendant dix ans, il s’y investit bénévolement, comme président. Au départ pour faire connaître le concept. « Et puis on a vu arriver des projets de loi qui allaient mettre en danger nos libertés. » Pour en assurer la défense, l’informaticien passe salarié et devient délégué général de l’April en 2005.

« J’ai l’avantage d’exercer plusieurs métiers. Je fais encore de la technique, mais je discute aussi avec des responsables politiques, des journalistes, j’anime des conférences... Dans le domaine du droit numérique, ça bouge tout le temps. Intellectuellement, c’est passionnant. » Le blues du dimanche soir, ce Dionysien ne connaît pas. « Moi je suis toujours heureux de me lever le matin. » Hyperactif et « monomaniaque », il a surpris tout le monde quand il a annoncé début novembre vouloir passer à mi-temps pendant un an. « On vit une époque de tensions, super difficile et déprimante et j’avais envie de me rendre disponible et de diversifier mon activisme pour contribuer à d’autres projets bénévolement. » Ce père de famille de trois enfants ne sait pas encore lesquels, mais il est confiant. « Il y a plein de projets positifs qui existent ! » Et de filer la métaphore avec le logiciel libre pour expliquer sa démarche.« C’est un peu comme sur Wikipédia. La plupart des gens ne sont qu’utilisateurs de l’encyclopédie, alors qu’il y a un bouton magique. C’est le bouton éditer, qui permet de passer en mode collaboratif. » Et c’est un peu l’équivalent de cette touche qu’il a aujourd’hui envie d’activer.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.