À la une En ville

Législatives 2e circonscription
/ Hamidi lance sa campagne avec Dallier

Le sénateur est venu soutenir la candidate LR le 16 mars. Mais, dans la salle de la Légion d’honneur, il a surtout abordé le premier acte électoral, la présidentielle.
Hayette Hamidi au pupitre jeudi 16 mars, salle de la Légion d'honneur.
Hayette Hamidi au pupitre jeudi 16 mars, salle de la Légion d'honneur.

Hayette Hamidi « a du courage de se présenter dans cette circonscription ». Premier orateur de la soirée de lancement de campagne, Geoffrey Carvalhinho, secrétaire général des Jeunes Républicains dit vrai. Saint-Denis, Pierrefitte et Villetaneuse sont des terres de gauche depuis des décennies. Mais la chute de bastions comme Aulnay ou Bobigny aux dernières municipales (21 villes gérées par la droite sur les 40 communes que compte la Seine-Saint-Denis) a convaincu l’avocate de 32 ans de tenter sa chance ici. Jeudi 16 mars, dans la salle de la Légion d’honneur, elle constate de visu la longue route qui lui reste à parcourir. Quatre-vingts personnes seulement ont répondu présent, dont une minorité de Dionysiens. Parmi eux, des figures de la droite locale comme Xavier Ducos Fonfrède, Milisa Goncalves ou Georges Mélane. Philippe Dallier est là aussi. Le sénateur-maire des Pavillons-sous-Bois donne la ligne aux militants dans cette période où l’affaire Fillon a bousculé l’alignement des planètes qui paraissait tellement favorable à la droite. Il zappe le Penelope Gate et ses suites à répétition pour « parler de la France », de ses « 2 200 milliards de dettes » et donc du « risque de finir comme la Grèce ». À ses yeux, c’est l’enjeu central de la campagne et personne n’en parle sauf François Fillon, « le seul à vouloir refaire de la France le premier pays d’Europe », le seul à avoir le courage de « demander aux Français de faire un peu d’efforts pour que le pays sorte des difficultés ».

 

Macron et Le Pen visés

Le sénateur décoche rapidement ses flèches contre Hamon et Mélenchon mais concentre ses tirs sur Macron et Le Pen, le duo de tête des enquêtes d’opinion. Le premier, qualifié « de clone » puis « d’hologramme d’Hollande » a selon lui « monté un coup en claquant la porte du gouvernement ». Et s’il précise qu’il n’est pas là pour parler des affaires, il  aimerait tout de même que « Monsieur Macron nous explique comment il a fait pour échapper à l’impôt sur la fortune alors qu’il était à la banque Rothschild ». Pour la candidate du Front national « qui a fait un bras d’honneur à la justice », le sénateur pointe « l’imposture d’une boutique FN ripolinée mais sur le fond identique à celle du père ». Marine Le Pen mettrait « la République en danger » et conduirait à « la faillite économique », insiste-t-il.

Philippe Dallier exhorte les troupes LR à « aller au combat même si c’est difficile » et les appelle à « entourer cette jeune femme dynamique et compétente » pour la bataille des législatives dans une circonscription « où il y a toujours du sport à gauche ». Celle qui a été investie pour « incarner une alternative crédible » au « socialo-gauchisme qui sacrifie la Seine-Saint-Denis » en est convaincue : elle a « toutes les clés pour faire de ce département un territoire d’exception ». Sécurité, éducation, développement économique seront le triptyque de sa campagne rappelle Hayette Hamidi. La jeune femme, au chapitre « qui suis-je ? », dit « son attachement à la famille » qui l’a fait mener son « premier combat politique contre la réforme sociétale clivante de François Hollande ». Opposition au mariage pour tous, dévouement à la patrie, fierté de vivre en Seine-Saint-Denis, la réserviste de l’armée de l’air est déterminée à se battre pour montrer que « la droite française n’est pas celle des plus riches, des quartiers favorisés ». Dans la 2e circonscription, elle le sait, ce ne sera pas simple.

Réactions

Il est clair qu'avec Fillon comme Boss au LR c'est pas facile! ceci dit quand on voit ce qu'est devenue notre ville, on ne peut pas être fiers de ceux qui nous représentent non plus il n'y a pas de quoi se glorifier il me semble. Une ville sale et limite insalubre par endroit, l'insécurité constante et grandissante ( voir vendredi soir place du 8 mai 45) des collèges où nos enfants ne sont même plus en sécurité une" gare brochette " qui pollue à tout va . Ce laisser aller va mal finir .
Que la municipalité actuelle continue comme elle l'a fait à se moquer des habitants et la ville tombera dans l'escarcelle de la droite comme un fruit mûr !

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.