À la une Cultures

Saison 2018-2019 au TGP
/ Grands textes en mouvement

Le retour de la Comédie Française. Molière, Dumas, Proust, Racine… Des classiques, des créations. La résidence de la chorégraphe Maguy Marin. Et la volonté toujours plus affirmée d’ouvrir le Centre dramatique national dionysien à tous.
La comédie Française ouvrira la saison avec Les fourberies de Scapin
La comédie Française ouvrira la saison avec Les fourberies de Scapin

Pour la deuxième année consécutive, c’est avec la troupe de la Comédie Française que le TGP ouvrira sa prochaine saison. Après Vania, d’après Tchekhov, mis en scène par Julie Deliquet en 2017, c’est un véritable monument du théâtre français, ce qu’on appelle un classique, qui sera présenté du 19 au 23 septembre : Les Fourberies de Scapin, de Molière, dans une mise en scène de Denis Podalydès. Si l’on ajoute que la scénographie est signée Éric Ruf (le directeur du « Français »), les costumes du couturier Christian Lacroix et que, parmi les acteurs prestigieux de la distribution, figurent notamment Benjamin Lavernhe dans le rôle titre ou encore Didier Sandre, on peut s’attendre à un très grand moment de théâtre.

"L'idée de transmission"

« Notre projet de création, de fabrication de spectacles, est intimement lié à l’idée de transmission, d’éducation, de volonté de grandir ensemble. La prochaine saison fait la part belle à ce qu’on appelle un peu pompeusement les grands textes, qui peuvent être entendus par tous », souligne Jean Bellorini. Après Molière, ce sera le cas avec Les trois Mousquetaires, d’Alexandre Dumas, un spectacle itinérant dans la ville (28 et 29 septembre). « Nous avons la volonté d’ouvrir le théâtre à un public qui n’y vient pas naturellement », précise le directeur du TGP. Roman publié sous forme de feuilleton au XIXe siècle, Clara Hédouin et Jade Herbelot, qui signent l’adaptation et la mise en scène, ont conçu ce spectacle comme une série de trois saisons découpées en épisodes d’une trentaines de minutes avec au menu impertinence, humour et, paraît-il, une belle énergie.

Une star de la danse contemporaine

Après les textes, les corps. La chorégraphe Maguy Marin, grande figure de la danse contemporaine, présentera une création, Ligne de crête, où elle interrogera la question du désir (12 au 14 octobre). Elle sera également en résidence durant deux ans au TGP auprès des établissements scolaires et des habitants du quartier Franc-Moisin. Retour au « grands textes » avec une nouvelle création de Jean Bellorini, Un instant (14 novembre au 9 décembre). Après Hugo, Rabelais, Dostoïevski, c’est dans l’univers et la langue de Marcel Proust qu’il plonge avec une adaptation de À la recherche du temps perdu, dont il est l’auteur avec son complice Camille de la Guillonnière. Sur le plateau, habillé par l’inventivité de Macha Makeïeff, deux acteurs (Hélène Patarot et Camille de la Guillonnière) et un musicien. « Ce qu’interroge Proust dans ce qui est sans doute la plus belle langue française, c’est ce que l’on est, ce qui nous fabrique, comment attraper la mémoire, comment est-elle faite... », s’écrie le metteur en scène et auteur des lumières.

Sept spectacles pour le jeune public

2019 débutera avec Anguille sous roche (10 au 27 janvier), d’après un roman de l’auteur comorien Ali Zamir, adapté et mis en scène par Guillaume Barbot. Suivront Bérénice, de Racine, mis en scène par Isabelle Lafon, dont le travail est toujours passionnant (17 janvier au 3 février), puis un spectacle librement inspiré de Scènes de la vie conjugale, d’Ingmar Bergman, Les Analphabètes, par la compagnie Balagan’ retrouvé (8 au 24 février) et une création de Jean-Yves Ruf et Lilo Baur, En se couchant il a raté son lit, d’après des textes de Daniil Harms (11 au 31 mars). Suivront une invitation à André Markowicz (16 et 17 mars et 3 et 10 avril) pour une série de spectacles autour de son univers poétique et multiple, une deuxième création de Jean Bellorini (28 mars au 20 avril), Onéguine, d’après Pouchkine (un autre « grand texte » !), deux spectacles mis en scène par Georges Lavaudant : La Rose et la Hache, d’après Richard III de Shakespeare (16 au 20 mai) et Le Rosaire des voluptés épineuses, de Stanislas Rodanski (17 au 19 mai). Auparavant, il y aura eu le projet annuel de la Troupe éphémère qui interprétera cette année Quand je suis avec toi, il n’y a rien d’autre qui compte, écrit pour l’occasion par Pauline Sales (10 au 12 mai). Et, bien sûr, tout au long de la saison, sept spectacles pour le jeune public. La transmission, toujours...

Benoît Lagarrigue

www.theatregerardphilipe.com

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur