À la une Sports

JOP 2024
/ Graines d’olympiques

La décision est officielle depuis près d’un an : Paris accueillera les Jeux Olympiques en 2024. Avec le Stade de France, une future piscine olympique, un centre de water-polo et un village olympique, Saint-Denis sera l’un des principaux sites d’accueil de la compétition. Mais des Dionysiens seront-ils représentés parmi les athlètes ? Le JSD prend les paris : ces quatre-là pourraient bien en être (1)…
Tahina Durand, Allan Morante, Prithika Pavade et Whitney Tié.
Tahina Durand, Allan Morante, Prithika Pavade et Whitney Tié.

 

Tahina Durand
17 ans, judo

« Elle a clairement envie d’aller aux Jeux, c’est une chose qu’elle a en tête. » Entraîneur au Judo Club Franc-Moisin, où Tahina a fait ses débuts sur les tatamis il y a dix ans, Fabien Farge ne cache pas les ambitions de sa protégée. « Le principal obstacle c’est qu’il y a dans sa catégorie (+78 kg) une autre judoka exceptionnelle qui vient d’être championne d’Europe (Romane Dicko, ndlr). Mais 2024 c’est loin, il peut encore se passer plein de choses. »

En attendant, Tahina Durand, qui s’est inscrite au Judo « par hasard, car le club était à côté de chez elle », peut se targuer cette année d’être la seule judoka à avoir été sacrée championne de France dans les catégories minimes, cadets, et depuis le mois de mars en juniors. « Cette médaille récompense sa progression exceptionnelle chaque année », s’enthousiasme Fabien. Pour continuer à gravir les échelons, la Dionysienne va intégrer l’Insep, la célèbre école de formation des champions français, pour trois ans à partir de la rentrée. « Là elle sera au contact des plus grands, des équipes de France, de Teddy Riner… C’est l’étape au-dessus, il va falloir qu’elle soit capable de tenir la cadence », anticipe son coach.

Jusqu’ici, l’imposante judoka a régné dans les différentes catégories grâce à ses capacités physiques hors normes et « sa faculté à attaquer ses adversaires aussi bien à droite qu’à gauche ». Des qualités qui devraient lui permettre de disputer les prochains championnats d’Europe en septembre.

 

Prithika Pavade 
13 ans, tennis de table

Elle n’a pas encore 14 ans mais on ne la présente déjà plus. Figure de proue du projet « Génération JO 2024 » porté par le Sdus tennis de table et égérie du Département pour la candidature parisienne à l’organisation des Jeux, Prithika Pavade est une surdouée de la raquette. Championne de France minime puis cadette, en simple et en double, vice-championne de France junior, toujours en avance sur sa catégorie d’âge, Prithika a même fait ses premiers pas en championnat Pro avec l’équipe féminine… Et remporté son premier match en mai.

À la rentrée, elle fera partie de l’équipe montée en Pro A et intègrera le pôle France de Nancy où elle s’entraînera en parallèle. « Devenir championne olympique c’est un rêve », nous confiait-elle en 2017. « En 2024 elle n’aura que 20 ans, c’est presque un peu trop jeune », tempère Nicolas Greiner, son coach. À plus court terme, Prithika ambitionne de devenir la première Française, et donc Européenne, à remporter une médaille internationale. « Elle a une grande maturité, une capacité de travail exceptionnelle pour son âge. C’est son vrai point fort, encore plus que son talent qui seul ne suffirait pas. »

Et pour couronner le tout, la pépite du Sdus sait garder la tête froide et le sens des priorités : « Malgré son rythme d’entraînement élevé elle est brillante à l’école. Elle est intelligente dans le jeu et en dehors ! »

 

Allan Morante 
23 ans, trampoline

« 2024 ? Oui mais pour Allan la première échéance ce sont les JO de Tokyo 2020 ! » Suppléant en 2016 aux JO de Rio, Allan Morante, le trampoliniste de La Dionysienne, veut faire partie des titulaires au Japon. Champion de France en individuel et synchronisé pour la 3e fois consécutive le mois dernier, 4e aux mondiaux et médaillé de bronze aux derniers championnats d’Europe de Bakou en avril, le Drancéen de 23 ans vient de vivre une nouvelle saison exceptionnelle et représente une chance concrète de médaille olympique pour la France. « Il progresse bien et se prépare à fond pour les JOP 2020, c’est son objectif numéro un », confirme Christian Jamar, son entraîneur.

Comme un avant-goût, Allan participera à une nouvelle manche de la Coupe du monde début août à Maebashi au Japon, avant les championnats du monde en novembre, à Saint-Pétersbourg en Russie. L’occasion de confirmer son immense potentiel dans les airs : « Aujourd’hui, Allan est l’un de ceux qui sautent le plus haut sur un trampoline, il est l’un des meilleurs du monde en temps de vol. »

Outre son talent à la poussée, Allan Morante se distingue par son état d’esprit exemplaire : « C’est un garçon très humble et lucide sur ses capacités et ses objectifs. Il est réaliste et garde la tête sur les épaules mais ne manque pas d’ambition. » Pour preuve, le jeune athlète nous confiait en 2016 ses projets d’avenir : « J’aimerais me retirer à 30 ans, ça coïncidera avec les Jeux de 2024. Paris les organisera peut-être. » Pour l’instant tout se passe donc comme prévu.

 

Whitney Tié 
19 ans, athlétisme (sprint)

« Whitney est consciente de ses qualités comme de ses défauts. Elle doit encore progresser sur la gestion de ses fins de courses, mais je sais qu’elle a la force mentale pour lâcher les chevaux. » Quand il revient sur la saison de Whitney Tié, qu’il entraîne depuis cette saison, Alioune Ndiaye n’hésite pas à souligner les domaines que la jeune Dionysienne doit encore perfectionner. Car il sait aussi mieux que personne que la sprinteuse à l’explosivité redoutable sur la ligne de départ a « l’avenir devant elle ».

En février, Whitney a réalisé sa meilleure performance de la saison lors des championnats de France junior en salle. Avec un temps de 7’’65, elle a décroché une solide 3e place au 60 m, comme l’année précédente. Par équipe, elle a terminé vice-championne nationale sur le relais 4x200. Malheureusement, quelques douleurs aux ischio-jambiers ont perturbé sa fin de saison. « Elle a manqué les championnats du monde alors qu’elle rêvait d’y participer, mais ce n’est que partie remise. Là elle se prépare pour les championnats de France jeunes fin juillet puis pour les Élite où elle côtoiera les meilleurs athlètes nationaux. » Le tout sans perdre de vue la fameuse échéance de 2024 : « Quand on fait partie des 10 meilleurs sprinteurs juniors on y pense forcément, témoigne Alioune, d’autant qu’en 2024 elle aura atteint l’âge de la maturité. » Le temps pour Whitney Tié de continuer à faire baisser les chronos.

Corentin Rocher

(1) Eux aussi pourraient y être : Joé Seyfried (tennis de table), les jumeaux Jerry et Mallory Leconte, Lorenzo Omari (athlétisme), Lina Boussouha (football). 

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur