À la une Sports

Tennis de table
/ En 2017, le Sdus veut jouer les premiers rôles

Alors que la compétition ne reprendra que le 31 janvier, les deux équipes pro viennent de réaliser un début de saison presque parfait : les messieurs sont leaders tandis que les dames ont quasiment assuré leur maintien.
À la trêve, les messieurs Du Sdus TT sont leaders et plus que jamais prétendants à la montée.
À la trêve, les messieurs Du Sdus TT sont leaders et plus que jamais prétendants à la montée.

2017 est là. L’heure est aux meilleurs vœux et cette nouvelle année semble déjà bien partie pour le Sdus tennis de table. Pour la première fois depuis que le club présente deux équipes en Pro B (hommes et femmes), celles-ci occupent à la trêve la première et la seconde place de leurs championnats respectifs. De quoi envisager un premier semestre au pire confortable, au mieux ambitieux.

Co-leaders en compagnie du favori Rouen, les messieurs affichent un bilan de 5 victoires pour 3 défaites. Et même lorsqu’un accrochage survient, comme ce revers inattendu contre Agen (3-2) fin décembre, leurs concurrents normands chutaient aussi contre un mal classé (défaite à domicile face à Nantes 2-3). « Pour l’instant, les évènements nous sont favorables. Ce début de saison est très positif même si nous avons perdu quelques points face à des adversaires à notre portée. Mehdi Bouloussa est en pleine confiance et nos résultats s’en ressentent, sa nette progression cette saison nous fait beaucoup de bien », analyse Sébastien Jover, entraîneur joueur de l’équipe. Seule ombre au tableau : la méforme de l’habituel leader du groupe, le Tchèque Lubomir Jancarik, moins performant qu’à l’accoutumée. « Son jeu commence à être connu, les adversaires y sont plus habitués. Il a quelques doutes en ce moment, peut-être un contrecoup après sa participation aux JO l’été dernier. » Toujours est-il que les Dionysiens n’avaient pas été si bien placés à la trêve depuis longtemps et que la montée en Pro A est plus que jamais en ligne de mire.

Des filles qui brillent

Autre grosse satisfaction de ce début de saison du côté de La Raquette, la bonne santé du tennis de table féminin, symbolisée par les résultats exceptionnels de la jeune Prithika Pavade, la montée en Nationale 1 de l’équipe 2 féminine et la solide deuxième place de l’équipe Pro. « Des 6-7 ans aux vétérans on observe une dynamique assez unique, tant au niveau des effectifs (le club compte 33% d’inscrites)que des résultats », se réjouit le président Jean-Claude Molet. La victoire de la triplette Génération JO 2024 (Prithika Pavade, Célia Silva, Chloé Chomis) aux internationaux de Slovénie en novembre ou la montée de l’équipe 2 en N1 sont extrêmement positifs, cela permet à ces jeunes de gagner en expérience, d’augmenter les exigences, de progresser vite… »

Quant à l’équipe 1 engagée en Pro B, sa seconde place actuelle, à quatre longueurs du leader Joué-lès-Tours, permet d’envisager, contrairement aux années précédentes, une deuxième partie de saison sereine. « C’est une situation que l’on avait pas vécue depuis plusieurs années, vu qu’on avait l’habitude de se maintenir sur le fil. Là, nous sommes déjà à l’abri d’une éventuelle descente, c’est plus agréable », confirme le président. L’apport de l’Espagnole Sara Ramirez (7 victoires en 9 matches), qui s’est imposée dès les premiers matches comme la joueuse numéro 1 que le club cherchait depuis plusieurs saisons, a été déterminant. Dans son sillage, l’équipe féminine pourrait même se mettre à rêver de la première place…

Corentin Rocher

 

EN ATTENDANT ROUEN

En tête du classement à égalité de points avec Rouen (20), qu’elle a battu lors du match aller (3-1), l’équipe masculine est dans les temps de parcours règlementaires pour espérer une montée en fin de saison. Pour ne pas dévier de son objectif, le duel à venir face aux Normands le 13 mars est déjà coché comme le grand rendez-vous de cette fin de saison. « Cette rencontre déterminera probablement toute la suite de la saison, pose Sébastien Jover. D’ici-là, nous devons absolument gagner notre match de reprise contre Argentan (le 31 janvier) avant les deux chocs décisifs : contre Metz (le 7 février),qui est un peu notre bête noire, puis à Rouen pour le match clé de la saison. »

CR


Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.