À la une En ville

Assaut du RAID
/ Elles ont arrêté leur regard sur les sinistrés

Dans le cadre d’un atelier vidéo, deux étudiantes de Paris 8 ont suivi pendant un an les expulsés du 48 rue de la Rép. D’objets d’étude, ils sont devenus pour certains des amis dont elles défendent la cause.
Valeria Cebotari et Filsan Djama.
Valeria Cebotari et Filsan Djama.

« Le 18 novembre 2015 a lieu une opération policière dans l’immeuble du 48 rue de la République pour déloger les terroristes des attentats du 13 novembre. Les habitants sont évacués de leurs appartements mais l’immeuble devient inhabitable. » C’est par ces quelques lignes que démarre un documentaire d’une dizaine de minutes réalisé sans prétention par Filsan Djama et Valeria Cebotari, deux étudiantes dionysiennes inscrites en licence information et communication à Paris 8, qui ont pu suivre les sinistrés pendant un an et ainsi « obtenir des images de leurs vies ». Le 5 janvier, elles ont mis en ligne leur film Assaut du RAID à Saint-Denis : un an de combat pour les anciens habitants sur la plateforme vidéo Dailymotion, avec l’envie de rendre public ce travail universitaire pour, à leur façon, servir la cause des expulsés de l’immeuble du 48.

Assaut du RAID à Saint-Denis : un an de combat... par Paris8infocom

« C’est vrai qu’il y a eu des documentaires réalisés sur les attentats, sur l’assaut lui-même, mais pas précisément sur la situation des gens », regrette Filsan. Un vide laissé par les réalisateurs professionnels qu’en quelque sorte les deux apprenties ont voulu combler. En permanence sur le terrain aux côtés des habitants, avec leur caméra, elles étaient de tous les rassemblements, de toutes les manifs et de toutes les réunions. « Au bout du compte, on s’est retrouvé avec énormément d’images, on avait de quoi faire beaucoup plus, mais on avait la contrainte de faire tenir le film sur une dizaine de minutes. » Car au départ, il s’agit d’un simple exercice, soumis en cours d’atelier vidéo.

« Leur apporter notre soutien »

« On avait pour consigne de trouver un sujet en lien avec le département de la Seine-Saint-Denis avec aussi un portrait imposé, qu’il s’agisse de celui d’une personne ou d’une association. » C’est en parcourant le Journal de Saint-Denis en quête d’une idée, et en découvrant les articles qui étaient consacrés aux sinistrés, qu’est né ce projet. « On n’imaginait pas en allant à leur rencontre la première fois, qu’on était parties pour un an, qu’on allait autant se rapprocher d’eux et finir par leur apporter tout notre soutien. » Une aventure qui, hors-champ, est aussi devenue celle d’une amitié, notamment avec Traoré Lassina, musicien Burkinabé sans-papiers, dont elles ont tenté avec ce film de retracer le parcours pour donner à voir le difficile quotidien depuis l’assaut.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.