Cultures

À la Ferme Urbaine
/ Du terreau pour (se) cultiver

Zone Sensible a dédié 365 m2 de sa parcelle du 112, avenue de Stalingrad aux installations et performances artistiques. Cet espace, baptisé « 365 », était présenté au public samedi 8 septembre.
Le nouvel espace de création artistique « 365 » au coeur de la Ferme urbaine
Le nouvel espace de création artistique « 365 » au coeur de la Ferme urbaine

À la Ferme Urbaine, sur la parcelle dédiée à Zone Sensible, on cultive, on plante et désormais, on expose. Le nouvel espace baptisé « 365 » était inauguré en deux temps jeudi 6 septembre lors du vernissage et samedi 8 septembre en présence du public.

Trois cent soixante-cinq comme autant de jours dans l’année mais surtout comme le nombre de mètres carrés sur lesquels s’étend cette exposition à ciel ouvert (littéralement !). Une dizaine d’artistes sont invités à travers des installations et des performances à conjuguer les mots nature, culture et nourriture, les trois axes que développe le Parti Poétique présent à Saint-Denis depuis presque vingt ans et connu pour sa production du Miel Béton.

Jusqu’au 6 octobre, les visiteurs pourront se balader entre les œuvres réalisées in situ, comme pour accentuer la dimension permaculturelle du projet Zone Sensible. On y découvre les tirages de la photographe Carmen Bouyer illustrant la transition des cultures de la cueillette à celles de l’agriculture ; les tuyaux d’arrosage en forme de tournesol et le bar à pelures d’orange de Michel Blazy ; une horloge qui fonctionne grâce à l’énergie des légumes réalisée par Victor Remère…
 

Lire aussi : La ferme s'ouvre sur la ville

 

Convivialité naturelle et gustative

Tout au long du mois de septembre, ce nouveau « green cube », en opposition aux « white cubes » aseptisés des expositions d’art contemporain, proposera chaque semaine un rendez-vous artistique.
L’ambiance quelque peu guindée des galeries d’art cédera sa place à une convivialité naturelle, culturelle et gustative même. Après la performance du chef et artiste néerlandais Sjim Hendrix samedi dernier, ce sera au tour de l’association DOC d’obtenir carte blanche samedi 15 septembre.

Dans le cadre de la seconde édition du Festival Libre du Moyen-Métrage, des projections de films courts auront lieu de 18h30 à 23h30 (entrée libre), sur grand écran et en plein air. Rebelote vendredi 21 septembre cette fois-ci avec la projection
à partir de 20 h de trois courts-métrages issus de la Collection d‘art contemporain de Seine-Saint-Denis et qui introduiront le film Le grand restaurant de Bernard Blier avec le légendaire Louis de Funès (soirée en partenariat avec le cinéma l’Écran).
Les spectateurs donc pourront troquer les fauteuils rouges des salles obscures pour des chiliennes confortables dans un décor surréaliste établi entre les cultures de choux et les tours environnantes.

Enfin, samedi 29 septembre, un atelier accompagné d’une performance de Simon Ripoll-Hurier présentera son projet Diana dans lequel il rencontre des passionnés du premier rebond lunaire capté en 1946 par les antennes de Camp Evans aux États-Unis.


Création en chêne / Réaction en chêne

À son décès en 1986, l’artiste pop-art allemand Joseph Beuys laisse derrière lui tout un travail rendant hommage aux forces de la nature, comme son installation Éclair illuminant un cerf, qui demeure aujourd’hui au Guggenheim de Bilbao ou son projet 7 000 chênes, le plus connu et le plus ambitieux sans doute. À l’époque, Beuys s’était lancé dans la plantation de feuillus sans imaginer que sa démarche perdurerait, vingt ans après lui et à des lieues de Cassel (Allemagne) où avait germé son idée.
À Zone Sensible, l’artiste britannique Heather Ackroyd, moitié du duo Ackroyd et Harvey, s’est chargée de replanter un chêne issu des premières plantations allemandes, comme pour symboliser le début d’une nouvelle ère. Beuys voulait que ses plantations « conduisent à un concept écologique beaucoup plus vaste ». En étant repris ici à Saint-Denis, le Parti Poétique offre de nouvelles perspectives à ce concept.    

 

Maxime Longuet

 

Ferme Urbaine, Zone Sensible (112, avenue de Stalingrad). Entrée libre pour tous les événements. Exposition jusqu’au 6 octobre.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur