Cultures

Edition
/ Des territoires de la République bien vivants

Le livre balaie sur 300 pages les thèmes de la concurrence mémorielle, de l'islamophobie, de l'antisémitisme, de l'accès à la culture, de la relation parents-professeurs...
Le livre balaie sur 300 pages les thèmes de la concurrence mémorielle, de l'islamophobie, de l'antisémitisme, de l'accès à la culture, de la relation parents-professeurs...

Depuis la sortie en 2002 du livre collectif Les territoires perdus de la République (éd. Mille et Une Nuits) dirigé par l’historien Georges Bensoussan, s’est répandue auprès d’une partie de la classe politique l’idée d’une France coupée en deux avec d’un côté la France indubitablement respectueuse des valeurs de Marianne et, de l’autre, au sein même des écoles établies sur son territoire, une France en proie à une islamisation galopante, un sexisme exacerbé et un antisémitisme « d’importation », presque endémique.

Cette France-là, vous l’aurez reconnue, c’est celle des quartiers populaires.
Même si ses auteurs s’en défendent, le livre Les territoires vivants de la République qui vient de paraître aux éditions de La Découverte, apporte une réponse au premier ouvrage, ou du moins un contrepoint nécessaire qui balaie sur 300 pages les thèmes de la concurrence mémorielle, de l’antisémitisme, de l’homophobie, de l’accès à la culture, de la relation parents-professeurs…
S’appuyant sur leurs réussites, enseignants, inspecteurs, CPE et chefs d’établissement prennent la plume et, sans angélisme, rendent compte d’une réalité du terrain moins alarmiste, résolument optimiste.

Substituer le dialogue à l'invective

Car même si certains partagent les constats émis dans Les territoires perdus, comme la difficulté à enseigner la Shoah, la laïcité ou même la Guerre d’Algérie dans certaines classes, leur posture sur ces questions divergent nettement comme le souligne le professeur agrégé et docteur en histoire Benoît Falaize qui a dirigé l’écriture des Territoires vivants: « Les auteurs réunis ici souhaitent, avec énergie, que l’apaisement se substitue à la polémique, le dialogue à l’invective, la compréhension à la dénonciation. »

Il ne s’agit pas de nier les obstacles, au contraire, mais de démontrer qu’il suffit parfois d’entendre ce qui est dit, de dépassionner le débat et, bien sûr, de faire confiance aux enseignants pour inculquer aux citoyens de demain l’acceptation du droit à la différence, lutter contre les préjugés, mais aussi donner le goût de l’échange, socle de notre démocratie. Il n’existe pas de méthode miracle bien que les auteurs insistent sur la prise en considération du simple fait que ces jeunes parfois provocateurs sont avant tout des citoyens français en devenir et que l’école reste le seul lieu où ils peuvent se confronter à des idées nouvelles. C’est justement à l’école que doit s’exercer, dans toute sa complexité, la République, car telle est sa mission.

Loin des discours misérabilistes ou condescendants, ce livre plein d’espoir illustre qu’en chaque élève demeure un territoire de la République qui ne demande qu’à être cultivé. 

 

Maxime Longuet

Les territoires vivants de la République (éditions de La Découverte, 318 P., 18€) sera présenté vendredi 28 septembre à 20 h à la librairie Folies d’Encre lors d’une rencontre avec ses auteurs. 

Réactions

Je dois bien avoir une douzaine d'ouvrages à lire de retard ... mais celui là je vais l'acheter et le mettre au-dessus de la pile !!!

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur