À la une Cultures

TGP
/ Des nouvelles de demain

Ce début 2017 a vu et voit débarquer, sur les scènes du TGP, trois spectacles totalement différents mais qui possèdent d'étranges points communs. Il y a eu le magistral France Fantôme de Tiphaine Raffier, fable du XXVe siècle dont les mauvais germes sont sous nos yeux ; il y a l'étrange et passionnant ovni théâtral de L'Âme humaine sous le socialisme, porté par Geoffroy Rondeau d'après Oscar Wilde, à découvrir absolument jusqu'au 17 février ; et il y aura, du 15 au 17 février, la proposition de Gaëlle Hermant, Le Monde dans un instant. Les points communs ? Ce sont trois jeunes artistes, talentueux, qui tous se posent et nous posent la question de notre rapport au monde d'aujourd'hui.

Kasparov, une postière et les humanoïdes

La question de l'engagement dans ce monde en mutation est au cœur de la création de Gaëlle Hermant et de sa compagnie Det Kaisen, Le Monde dans un instant. « Pourquoi, à l'époque du village mondial, où le progrès rétrécie les distances, où le rapport au temps se modifie, y a-t-il de plus en plus de solitude ? » questionne-t-elle. « La question de l'intelligence artificielle me trouble : l'idée de l'assistance permanente rendue possible par les machines m'angoisse, mais c'est aussi un espoir, notamment en médecine où l'on peut réaliser des choses incroyables. C'est en tous cas quelque chose dont on ne mesure pas les changements qu'elle peut entraîner. » Face à ces questions, que fait-on ? Gaëlle Hermant, qui fut aussi bien l'assistante de Jean Bellorini dans son travail avec la Troupe éphémère (sur Antigone en 2016 et 1793 l'an passé) que de Macha Makeïeff (sur Trissotin ou les Femmes savantes, puis sur La Fuite !, deux spectacles vus au TGP), a choisi l'écriture collective pour construire son spectacle. À travers cinq petites histoires présentées comme des études de laboratoire, elle et ses comparses nous parlent du monde tel qu'il est, et tel qu'il sera, dans un instant. D'où le titre. « Nous partons d'une conférence de Kasparov, qui alerte sur le fait que la machine peut battre le meilleur joueur d'échec du monde, mais nous verrons aussi une postière remplacée par l'automatisation de son travail, ou encore le rôle des humanoïdes auprès des personnes âgées... » Mais Gaëlle Hermant ne se veut surtout pas moraliste : « Nous posons des questions mais nous laissons le spectateur libre de tenter d'y répondre  et de faire son propre chemin... »

Benoît Lagarrigue

Le Monde dans un instant, du 15 au 17 févrierau TGP (59, boulevard Jules-Guesde, salle Jean-Marie Serreau), jeudi, vendredi et samedi à 20 h. Durée estimée : 2 h.

Rappel : L'Âme humaine sous le socialisme, jusqu'au 17 février (salle Mehmet-Ulusoy), à 20 h 30. Durée : 1 h 20.

Tarifs : 6 € à 23 €. Réservations : 01 48 13 70 00 ; www.theatregerardphilipe.com  (Ne pas répéter l’info si c’est déjà dans l’agenda)

 

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur