À la une En ville

Collège Pierre de Geyter
/ Des élèves privés de cantine

Depuis la rentrée une quinzaine de demi-pensionnaires du collège Pierre de Geyter, sont invités à déjeuner à l’extérieur de l’établissement. La faute à une certaine rigidité administrative.
Depuis la rentrée, une quinzaine de demi-pensionnaires n'ont pas pu manger à la cantine du collège.
Depuis la rentrée, une quinzaine de demi-pensionnaires n'ont pas pu manger à la cantine du collège.

C’est l’histoire d’un raté, comme il en arrive parfois avec les grosses machineries. Une quinzaine d’élèves du collège Pierre de Geyter régulièrement inscrits en demi-pension ont eu la mauvaise surprise de ne pouvoir accéder à la cantine le jour de la rentrée.
En cause, le manque de portions de repas. « Nous sommes passés de 180 demi-pensionnaires inscrits à 226 cette année, explique Stéphane Mercy, principal du collège. Or, un nombre non négligeable de familles ont remis leurs dossiers d’inscription, comprenant l’inscription à la cantine, après le 27 juin. Date à laquelle nous devions passer commande des repas pour la rentrée auprès de la cuisine centrale qui les prépare. Dans le cadre de cette commande, notre service d’intendance a inclus une estimation des dossiers d’inscription non remis et commandé un nombre de repas plus important que de dossiers effectifs. »

Mais la cote du collège était vraiment mal taillée, et il a fallu improviser une solution devant la pénurie le jour de la rentrée. « Nous avons indiqué aux personnels d’apporter leur nourriture afin de faire profiter aux enfants des repas adultes [ce sont les mêmes portions] et ainsi limiter le nombre d’élèves privés de cantine, poursuit le principal. Malgré tout, nous avons dû en laisser 15 dehors, parmi ceux pour qui cela était possible. »

 

Le Département pas au courant

La solution a de quoi surprendre, mais ce qui étonne encore plus c’est que le problème ne soit visiblement pas remonté jusqu’à la direction du service de la restauration et de l’éducation au goût du Département de Seine-Saint-Denis qui gère les 18 500 repas quotidiens des collèges. « La gestion centralisée des achats dans nos six cuisines centrales [De Geyter dépend de celle de Jean-Lurçat à Saint-Denis] nous oblige en effet à connaître les effectifs de demi-pensionnaire trois semaines à l’avance, car ensuite il faut commander, se faire livrer et produire, détaille-t-on au Département. Maintenant, nous avons des stocks tampons de denrées dans chaque cuisine centrale pour s’adapter à certaines situations exceptionnelles. Et au pire des cas, le collège a aussi un budget sur lequel il peut acheter des denrées en direct si nécessaire. »

Côté collège on suggère une autre question : pourquoi faut-il passer commande dès la fin juin pour des repas livrés dans l’office le 3 septembre ? Trop grande rigidité ? Manque de communication ? Le système a dysfonctionné et ce sont les élèves et leurs familles qui ont subi les désagréments. « Je comprends parfaitement que ce genre de problème puisse arriver, même si pour notre part nous nous sommes inscrits en temps et en heure au mois de juin, commente la maman d’un élève de 6e concerné. Je travaille dans le coin. J’ai pu m’arranger. Ce que je déplore en revanche c’est le manque d’information et la découverte le jour de la rentrée que son enfant sera considéré comme externe jusqu’à la fin du mois de septembreD’ailleurs, on s’est aperçu à cette occasion que le règlement intérieur du collège était erroné puisqu’il indiquait qu’on pouvait intégrer la demi-pension quand on voulait, sans indiquer ce délai de trois semaines. »

Dès la semaine prochaine, les choses devraient rentrer dans l’ordre, puisque la commande de rentrée a été passée avec les bons effectifs de demi-pensionnaires cette fois. Fini donc les repas servis dans des boîtes en plastique au travail de maman et vive les midis à la cantoche avec les copains.

 

Yann Lalande

Réactions

Si les familles n'ont pas fait leur devoir à qui la faute ? j'aurai plutôt titré l'article comme suit "Des enfants privés de Parents responsables" puis Les repas Tupperware furent pour les professeurs Bravo à eux d'ailleurs ! (ne nous le cachons pas que personne ne se bousculent pour exercer en Seine Saint Denis. Pourquoi ? ah oui à cause des "autres"). Dans certains collèges il y a encore des élèves en vacances si si en vacances !!! E. Triolet par exemple. Amusants les comportements des parents qui hurleront plus tard et à qui veut l'entendre qu'il y a un malaise dans les écoles de la Seine Saint Denis blablabla... c'est mathématique. il y a "à boire et à manger" dans cette ville mais ça c'est toujours la faute à l'"autre" si ça ne passe pas.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur