À la une En ville

Les mots de deux générations
/ Correspondances, la rencontre mamies et lycéens

Un atelier d’écriture a réuni des élèves de l’ENNA et des retraitées de la Maison des seniors. Autant de mots croisés qui font un recueil et une séance de lecture publique.
Vendredi 17 mars, au sein du CDI de l’ENNA.
Vendredi 17 mars, au sein du CDI de l’ENNA.
 
 
Pendant plusieurs mois, des Correspondances ont été entretenues entre un groupe de retraités de la Maison des seniors et les lycéens en 1re année du CAP électrotechnique à l’ENNA. Elles font l’objet d’un recueil et d’une lecture publique. La « mayonnaise » a pris lors d’ateliers d’écriture communs, réunissant jeunes et aînées, comme celui auquel nous avons assisté le 17 mars au lycée place du 8-Mai-1945. Chacun prend place autour de la table du CDI. La règle : alterner ado et senior.
 
Mme Rocher, professeure de français et d’histoire des futurs électriciens, propose que chacun se présente. Kiyan se lance le premier. Très volontaire, un peu hâbleur, il se voit déjà sur la scène de la Ligne 13 lisant à haute voix et en public. « Parlez plus fort, on ne vous entend pas, lance Nelly. Vous savez, à notre âge, on n’entend plus très bien. » Tour à tour, chacun se raconte.Les parcours des plus jeunes, souvent semés d’embûches, émeuvent les plus âgés. Côté lycéens, le français n’est pas, pour une grande majorité d’entre eux, leur langue maternelle et certains ne le pratiquent que depuis quelques années. Les yeux desélèves s’écarquillent aux récits de vie de ces mamies d’un jour. 
 

Les jeunes ont pâtissé pour les invitées 

Mme Rocher lance le premier exercice. Le thème de la presse est retenu. Chacun choisit un mot. Papier, article, feuille, journaliste, paparazzi, stylo, jeune, nez, info, ministère, dictionnaire, prête, travailler, lune, métallique, mais, crampons, constituent ainsi la liste imposée. Les textes élaborés en duo jeune-senior donneront lieu à une lecture pour tous. Le matin, en cours d’anglais, les lycéens se sont essayés à un exercice culinaire. Ils ont fabriqué des trifles, un dessert britannique à base de griottes et de crème, en l’honneur de leurs invitées. Après l’effort, le réconfort, chacun déguste sa part. Cet atelier d’écriture, mené par Sandrine-Malika Charlemagne, fait l’objet d’un recueil dans lequel sont réunis une partie des productions des retraités et des élèves. Il existe grâce à l’opiniâtreté d’une poignée de seniors. Précédemment réunis, avec la même intervenante pour le projet Des mots à la lumière, des seniors se racontent, les participants avaient exprimé leur volonté de poursuivre ce type d’aventure.

Monique Gache, animatrice à la Maison de seniors, en accord avec les intéressés, a ajouté la dimension intergénérationnelle et sollicité les établissements scolaires dionysiens. Catherine Rocher, soutenu par Christophe Biais-Sauvetre (documentaliste) et Julie Assoune (professeur d’arts appliqués), a répondu à cet appel. Treize retraités (Véronique, Martine, Nelly, Michelle, Éliane, Michel, Joëlle, Collette, Françoise, Josette, Marie-Claude, Claude et Suzanne), vingt et un futurs électriciens (Abdoulaye, Amendeep, Bakary, Babacar, Raoul, Bouna, Bryan, Cheick, Derol, Hawa, Karim, Kiyan, Madigata, Mara, Mohamed-Jawed, Salim, Sékou, Xiowei, Yaffa, Zakaria, Zoummana). Vendredi 28 avril, à 14 h, la Ligne 13 les accueillera pour une lecture publique de Correspondances, beau reflet de leurs rencontres réelles et épistolaires. 

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.