À la une En ville

« Zones sensibles »
/ Chronopost, service de livraison non livrable

De nombreux Dionysiens font les frais du mauvais service de Chronopost : cette filiale de la Poste ne livre pas les colis à domicile dans les quartiers qu’elle considère « à risque ». Sans prévenir ses clients.

Thomas et sa compagne habitent depuis plusieurs années dans le quartier Delaunay-Belleville, près de la cité Dourdin. En mars, le couple commande sur Internet une grande quantité de couches pour bébés. Livraison à domicile, par Chronopost. Quelques jours plus tard, ils reçoivent une notification électronique. Le colis a été déposé au bureau de Poste de la rue Danielle-Casanova ;  à près de 3 km de chez eux, une demi-heure de route en combinant le T8 et la marche à pied. Avec 15 kg de couches. Le couple s’était pourtant arrangé pour être présent au moment supposé de la livraison, mais leur quartier était « temporairement non livrable » selon Chronopost.

« Je les ai contactés par Twitter, raconte Thomas, et j’ai appris qu’ils avaient établi une liste de “quartiers sensibles” où les livraisons à domicile ne sont pas assurées. » Même son de cloche chez UPS qui lui indique « qu'on ne peut pas livrer votre colis car vous êtes dans une zone à risque. » (En 2012 déjà, UPS avait suspendu les livraisons à domicile à Grigny, suite à des agressions.) Cette liste de « zones sensibles » est-elle consultable au moment de passer commande ? Réponse de Chronopost : « Cette liste n'est pas à la disposition de nos clients dans la mesure où elle est en constante évolution. »

 

« On paie pour un service pas assuré »

Fonctionnement « extrêmement problématique » pour Thomas : « Je ne remets pas en cause les problèmes de sécurité qui peuvent se poser pour les livreurs dans certains quartiers, mais il n’y a aucune alerte au moment de la commande pour prévenir que la livraison ne pourra pas être faite à domicile. On paie pour un service qui ne sera pas assuré. » D’autres témoignages plus récents confirment que le problème persiste. « Même avec un numéro de colis ça peut tourner au cauchemar, rapporte Katharine, qui habite près de la gare. Ils disent que la livraison était “impossible” alors même qu’on était toute la journée à la maison. »

Difficulté supplémentaire : Chronopost est une filiale de la Poste, mais indépendante et qui fait appel à des sous-traitants pour la distribution. « Certains livreurs ne connaissent pas bien les quartiers ou veulent gagner du temps, alors ils nous déposent les colis à la fin de leur tournée, mais on n’a pas plus de contact que ça avec Chronopost, explique un postier du syndicat CGT FAPT 93. Ça nous fait du boulot en plus, et quand les gens viennent chercher leur colis, ils sont mécontents et se plaignent à nous mais on n’a pas la main là-dessus ! Il faut se plaindre au service réclamation de Chronopost, sinon ça ne sert à rien. »

Thomas a contacté Christian Raoult, le délégué du Défenseur des droits en Seine-Saint-Denis, qui s’est saisi du dossier. Le maire de Saint-Denis, Laurent Russier, et son conseiller délégué à l’égalité des droits, Madjid Messaoudene, ont également écrit au directeur de Chronopost qu’il était « inadmissible » que l’entreprise décrète « de manière arbitraire et secrète » quels quartiers ne peuvent pas être desservis. En attendant, Thomas et sa compagne ont renoncé à se faire livrer à leur domicile. « On demande d’emblée à être livré au bureau de Poste le plus proche de chez nous, explique Thomas. Ou à l’adresse de mon travail, à Paris. »


Réactions

Malheureusement j'ai déjà vu des individus s'en prendre à une camionnette et le pauvre livreur a failli perdre son emploi, c'est la triste réalité de nos quartiers que je condamne, il faut que cela cesse nous ne sommes pas des citoyens de seconde zone et il faut aussi que la sécurité soit une priorité des élus
Ces livreurs sont des proies très prisé dans les quartiers, on leur vole leur marchandise souvent après un tabassage en règle à 10 contre 1..Le problème c'est la sécurité dans les quartiers que nos élus nient en bloc depuis 20ans, ce qui fait étendre ces problème d'insécurité à toute la ville
A la différence des élus locaux de Saint Denis qui jouent l'autruche et laissent la population dans la plus grande insécurité ... Les entreprises de livraison protègent leur personnel (et elle même d'ailleurs)... Rien de choquant à cela...
Même constat avec UPS à Massy (91). Et pourtant, lorsqu'on connaît le quartier on sait qu'il est sûr, agréable à vivre et que cette restriction est arbitraire. On ne prévient absolument pas que la livraison sera impossible et le point relais est loin.
Meme situation à Bondy 93140 ... Chronopost sans même venir a retourné colis à l'expéditeur ...

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur