À la une En ville

Interdiction des animaux sauvages
/ C’est le cirque !

Les animaux sauvages ne sont plus les bienvenus en ville depuis le mois décembre. Cela n’a pas empêché le cirque Europa d’installer son chapiteau place du 8 mai 45.
Le cirque Europa compte bien trois tigres dans sa ménagerie, en plus des chameaux, lamas et chevaux
Le cirque Europa compte bien trois tigres dans sa ménagerie, en plus des chameaux, lamas et chevaux

« Je veux voir les tigres maman ! » Ce lundi 5 mars en fin d’après-midi une petite excitation se lit sur le visage des enfants place du 8 mai 45. Le cirque Europa a débarqué en ville et il affiche la couleur. Sur le porche d’entrée, bariolé comme il se doit, tigres, éléphants, lions, zèbres s’affichent au côté des clowns et des chevaux. Et fauves il y a bien dans la ménagerie du cirque Europa. Des beaux gros tigres même, que les enfants pointent du doigt pendant que les garçons de piste s’activent à finir de monter le chapiteau. Des tigres ? On croyait pourtant que ce n’était plus possible depuis le vœu adopté à l’unanimité moins une voix par le conseil municipal du 21 décembre. Dans ce vœu les élus dionysiens affirmaient « leur attachement à la préservation et au bien être des espèces animales », demandaient « aux communes françaises de renoncer à recevoir des cirques détenant des animaux sauvages au vu de leurs conditions de détention et de dressage », engageaient « le Ministre de l’écologie à prendre des dispositions allant en ce sens » et décidaient enfin « de renoncer à recevoir sur leur propre territoire des cirques détenant des animaux sauvages. » Mais alors que fait le cirque Europa place du 8-mai-45 ?

La collectivité mise devant le fait accompli

Du côté de l’unité voirie de Plaine Commune et de la municipalité on assure avoir été très clair sur ce point avec le gérant du cirque Europa au moment de sa demande d’opportunité auprès du service culture, puis au moment de l’établissement de l’arrêté d’occupation de voirie. Le gérant a d’ailleurs fourni à la collectivité un document manuscrit dans lequel il certifie ne pas posséder ni utiliser d’animaux sauvages. Un peu trop naïf, ou pas suffisamment attentifs, les pouvoirs publics ont donc été mis devant le fait accompli. Le chapiteau a été monté et les représentations doivent commencer ce mercredi. Du côté de la mairie la position est pourtant claire : « l’autorisation d’occupation de voirie va être retirée et la police municipale va faire respecter cette décision. » Sauf qu’on ne déménage pas un cirque aussi facilement, d’autant moins qu’il n’a pas l’intention de bouger, si l’on en croit M. Gontelle, le patron du cirque Europa.

Une question de survie économique

Car pour les circassiens, ce n’est pas une question de respect de la condition animale mais bien de survie économique qui est posée pour la dizaine de personnes qui travaillent dans cette entreprise familiale. « Il n’y a aucune loi en France qui interdit les animaux dans les cirques, lance M. Gontelle. Les arrêtés pris par les maires sont illégaux (1) et ont été régulièrement cassés par les tribunaux. Nos animaux (une vingtaine, dont des tigres des chameaux et des lamas)sont bien traités. Nous avons tous les certificats de capacité du ministère. Nous sommes contrôlés par les services vétérinaires de l’Etat. Et puis que voulez-vous les gens veulent voir les animaux. » Le gérant s’adresse alors à une passante qui pousse une poussette : « Vous voulez voir quoi ? » « Les lions ! » lui rétorque comme une évidence la dame à la poussette.  « J’ai 35 ans, et j’ai passé toutes ces années avec mes animaux, s’émeut M. Gontelle. Ce sont comme mes enfants. Ils sont nés en captivité. Ils ont toujours connu ça et sont bien dans leur tête. » Pour M. Gontelle le problème est ailleurs et c’est pour ça qu’il manifestera place de la République jeudi à Paris avec ses animaux et ses collègues circassiens, du Collectif des cirques comme ce fut le cas déjà le 17 janvier. « On est dans le cirque depuis sept générations. On ne demande aucune subvention publique. On veut juste pouvoir s’installer sur l’espace public. Et si on ne travaille plus avec les animaux on coule. » La France emboitera-t-elle le pas des 19 pays européens (dont la Belgique, la Grèce et l’Autriche) qui ont interdit les cirques avec animaux sauvages, au risque de mettre en péril les 250 cirques traditionnels qui sillonnent l’Hexagone ? En attendant à Saint-Denis c’est à un drôle de numéro que l’on assiste.

Yann Lalande

Sous réserve d’expulsion : cirque Europa du 7 au 18 mars, place du 8-mai-45. Représentations les mercredis et samedis à 16h, le dimanche à 15h.

(1) Saint-Denis à la différence d’un certain nombre de communes (une soixantaine en France) a pris soin de ne pas prendre un arrêté d’interdiction des cirques avec animaux sauvages, mais a adopté un vœu. En revanche le maire est souverain en terme d’autorisation d’occupation de l’espace public.

Réactions

Bonjour.Cet article est très intéressant. Je comprends mal que ce cirque soit autorisé à présenter des animaux sauvages dans ses spectacles. Il est vrai que le conseil municipal a eu l' hypocrisie d' émettre un voeu d'interdiction sur le territoire de la commune d' installation des cirques utilisant des animaux sauvages, mais n'a pas eu le courage de prendre un arrêté d'interdiction, à la différence d'autres communes du département et de nombreuses villes en France et à l'étranger. Quant au chantage à l'emploi qui est pratiqué par le responsable du cirque , mieux vaut ne rien en dire, tout comme le culot incommensurable avec lequel celui-ci a apposé une affichette devant les cages des fauves qui indique qu' il est interdit de les filmer et de les photographier !!!!!!! Mais il n'est pas interdit de les exploiter. Ce serait intéressant que le responsable de ce cirque ne passe ne serait-ce que quelques jours dans les cages qu'il destine à ses fauves pour qu'il puisse mesurer par lui-même combien ses fauves apprécient leur captivité.. En conclusion : que l'autorité municipale reste bafouée, que les affaires continuent et que le sort des bêtes qui sont en cage soit oublié . Surtout : ne pas faire de vagues......
Ce cirque est parfaitement dans la légalité , une commune n'a pas le droit d interdire ni prendre un arrêté sur le simple fait de présenter des animaux, c est la competence de l etat et du ministere de l environnement. Or, ceux-ci, autorise ce cirque puisqu il est parfaitement en règle et aux normes pour travailler avec des animaux, comme les animaleries, les centres équestres, les zoos ect.. Le fait de travailler avec les animaux ne pose aucun problème étique du fait qu ils sont bien traités et respecté par leur éducateur. La profession a vraiment évoluer en ce sens et les services de l etat veillent strictement a tout ca
Ce 14 mars la ville de Saint-Denis a été condamnée par le tribunal administratif de Montreuil, qui a donné raison au cirque. Voir le communiqué ici : https://eseaavocats.d.pr/mRU1wl
....Et le trophée de l'hypocrisie revient au maire de Saint-Denis qui reconnaît ( cf. Le JSD n ° 1159 ) qui reconnaît la "malhonnêteté du 0gérant" du cirque qui a fourni à la mairie un faux engagement de ne pas utiliser d'animaux sauvages et l' illégalité de l'implantation de ce cirque........mais le maire renonce " à user de la force pour le faire partir" afin , dit-il, de ne pas " mettre en danger animaux et riverains " !!!!!! Ça ne s'invente pas ( même si ça ne veut rien dire ) ! Mais c' est CONSTERNANT ! Et c'est sûrement aussi pour ne pas mettre en danger les guetteurs hurleurs et les riverains de la rue Bonnevide que ce même maire ne fait rien pour en débarrasser le quartier .

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur