À la une Cultures

TGP
/ Cœurs d’Amérindiennes

Les poèmes de quatorze femmes amérindiennes forment le cœur du prochain spectacle joué au CDN. Ces paroles teintées de mythologie disent aussi la dure réalité d’un peuple exilé chez lui. Elles sont portées par la comédienne Anne Alvaro, le chorégraphe Thierry Thieû Niang et le musicien Nicolas Daussy.

« Voici mon cœur. C’est un bon cœur. » Ces mots sont tirés d’un poème de Joy Harjo et composent le titre d’un spectacle présenté au TGP du 4 au 8 avril, mêlant poésie, danse et musique. Joy Harjo est l’une des quatorze femmes poètes amérindiennes qui forment le cœur – c’est le cas de le dire – de ce spectacle créé et interprété à trois par la comédienne Anne Alvaro, le danseur et chorégraphe Thierry Thieû Niang et le poly-instrumentiste Nicolas Daussy. C’est Anne Alvaro qui, la première, s’est penchée sur ces textes écrits par ces femmes à la faveur d’une lecture et qui a proposé à Thierry Thieû Niang de « faire quelque chose ensemble ».

Ce dernier, travaille en résidence au TGP depuis trois ans en direction notamment des femmes du quartier Franc-Moisin et des enfants de Saint-Denis. On lui doit ces extraordinaires moments que furent en 2016 Au Cœur et en 2017 Ses Majestés. Il a également travaillé l’été dernier au Québec avec des jeunes danseurs issus des minorités. Et a tout de suite plongé dans l’aventure des poétesses d’Amérique. « Je me suis rendu compte là-bas à quel point la danse est constitutive de la culture amérindienne », se souvient-il. Dès lors, croiser ces textes francophones d’amérindiennes contemporaines (elles ont toutes entre 50 et 70 ans) avec son art de la danse est devenu une évidence. D’autant plus avec Anne Alvaro, immense comédienne que l’on avait pu voir notamment en 2006 à Saint-Denis dans Le Marin, de Fernando Pessoa, mis en scène par Alain Ollivier. Elle y était, comme toujours, d’une justesse d’émotion rare.

Que disent ces poèmes ? La tradition, la nature, la famille, la place de la femme, la migration, l’exil… Ce sont des écritures oscillant sans cesse entre le naturalisme, presque pictural, et le réalisme le plus acéré, alternant le symbolisme de la tradition et de la mythologie amérindiennes et la dure réalité d’un peuple exilé chez lui, dont la culture se délie peu à peu au contact de la modernité.

« Mais ces textes sont très différents les uns des autres, on les feuillette comme un album, souligne Thierry Thieû Niang. Nous mêlons nos trois énergies, nos trois couleurs, poétique, musicale et chorégraphique. Nous voulons faire naître des paysages sonores et dansés, aller à la rencontre d’une culture comme lors d’un voyage, d’une traversée. Ce sera un concert poétique et chorégraphié, montrant quelque chose d’un ailleurs très proche… », ajoute-t-il, voyant dans cette expérience une magnifique façon de clore son cycle dionysien, en attendant son ultime ouvrage avec des jeunes dionysiens, en complicité avec Jean Bellorini, autour des Sonnets de Shakespeare. Ce sera les 2 et 3 mai, mais, d’ici-là, lui et ses complices nous offrent leurs cœurs. Et ce seront de bons cœurs.

Benoît Lagarrigue

Voici mon cœur, c’est un bon cœur, du 4 au 8 avril au TGP (59, boulevard Jules-Guesde, salle Mehmet-Ulusoy), du mercredi au samedi à 20 h, dimanche à 16 h. Durée estimée : 1 h. Tarifs : 6 € à 23 €. Réservations : 01 48 13 70 00 ; www.theatregerardphilipe.com

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur