À la une En ville

Animaux domestiques
/ Attention chiens dangereux

Un accident cité Langevin est venu rappeler la dangerosité des molosses, souvent détenus en toute illégalité.
En fonction de leur comportement les molosses sont classés en plusieurs catégories
En fonction de leur comportement les molosses sont classés en plusieurs catégories

Elle s’appelait Chaussette. Et devait ce drôle de nom à la blancheur de ses pattes qui contrastait avec sa fourrure tigrée. Depuis sa naissance voilà douze ans, elle menait une vie tranquille à la cité Paul-Langevin, où l’association l’Ecole du chat veillait à ses besoins. Mais le jeudi 29 mars, au bas de l’immeuble où elle était depuis toujours nourrie et soignée, Chaussette est morte égorgée par un molosse. Le jeune propriétaire du chien a tenté en vain de lui faire lâcher prise. « Il s’est excusé », soupire Claudine Bailly, la présidente de l’association, qui ne décolère pas. « Si ça avait été un enfant ? » L’arrêté du maire qui reprend les termes de la réglementation nationale à ce sujet est pourtant clair. Tout chien, même accompagné, circulant sur la voie et le domaine publics doit être tenu en laisse. De plus, les chiens de 1e et 2e catégories (1), tel le molosse qui a tué Chaussette, doivent être muselés et tenus en laisse par une personne majeure, en raison de leur potentielle dangerosité. PCH, le bailleur de la cité Langevin, a déjà affiché cette réglementation dans les immeubles de son patrimoine. Mais elle reste bien souvent lettre morte. Et ce mépris de la loi vaut pour l’ensemble de la ville. Alors qu’ils avaient quasiment disparu, les staff et autres pitbull sont à nouveau au goût du jour. Mais détenus pour la plupart en toute illégalité. A Saint-Denis, l’unité municipale santé environnement (USE) n’a délivré en 2017 que sept permis de détention, deux en 2016, trois en 2015. « Ces chiens qui posent problème, on ne les voit jamais », confirme Patrick Lustman, vétérinaire dionysien agréé par le préfecture pour établir l’évaluation comportementale indispensable à la délivrance de ce permis obligatoire. Des signalements parviennent parfois à l’USE. « Nous gardons anonyme les personnes qui nous les font, assure Mireille Benevolli, la responsable de ce service. Jusqu’à présent, l’USE n’a pas eu à prendre d’arrêté de placement. Mais nous avons une situation en cours qui va peut-être nous y conduire, après avoir obtenu une ordonnance du juge des libertés nous autorisant à prendre le chien chez le propriétaire. » L’animal serait alors confié à la fourrière de Gennevilliers. Telle est la procédure inscrite au Code rural et de la pêche maritime (article L211-14) qui réglemente la détention de ces chiens.

Marylène Lenfant

(1) Les chiens de 1e catégorie, Staffordshire terrier, Mastiff et Tosa sans pédigrée, doivent être stérilisés. Les mêmes, mais avec pédigrée, ainsi que le Rottweiler, relèvent de la 2e catégorie. 

Réactions

Trop triste car c'est une superbe chatte avec un sacré caractère que tout le monde de notre cité connaissait et appréciait. Il est vrai que notre cité est un vrai refuge pour les chats et qu'ils font parti du passage de notre cité. Nous sommes nombreux grâce à Claudine, celui d'avoir des chats dans nos logements et d'avoir une vraie passion pour ces animaux doux et affectueux. Il faut dire que la Mairie a même réalisé un enclos pour leur bien-être. Comme le dit si bien Claudine, ce n'est pas normal de voir ce genre de chien se balader sans être tenu en laisse. On en voit de plus en plus le soir dans notre aire de jeux. Christian TRIGORY Administrateur à Plaine Commune Habitat et Président de l'amicale de locataires de la cité Paul Langevin

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.