Portrait

Annie Dorina, le sport n’a pas d’âge

L’athlète Dionysienne est devenue championne d’Europe vétérane de triple saut et prouve qu’il n’est jamais trop tard pour découvrir le très haut niveau.
ANNIE DORINA
ANNIE DORINA


« À l’international on dit master, c’est plus joli que vétéran, ça fait moins ancien… », s’amuse Annie Dorina. À 55 ans, la Dionysienne a été sacrée championne d’Europe de sa catégorie, au triple saut en salle, le 24 mars à Saint-Sébastien, en Espagne. « Entendre La Marseillaise en haut d’un podium, ça fait quelque chose. J’étais tétanisée, puis j’ai pleuré et enfin j’ai sauté de joie ! Tout ça en une minute ! » Une médaille d’or qui s’ajoute au bronze au saut en longueur, et à la 4e place au 60 m. « Il me manque le record de France sur cette distance, mais je l’aurai, je l’aurai ! », rigole celle qui a retrouvé l’athlétisme sur le tard.


« J’ai arrêté à 27 ans avec la naissance de mes enfants. Puis j’ai fait du roller cinq ans, de l’aviron huit ans… J’ai aussi eu une période vélo. Le sport a toujours fait partie de ma vie. » Une passion qu’elle partage avec les siens. « À outrance, plaisante sa fille Fanny. Elle se donne à fond. En vacances, il y a toujours une activité sportive. Avec mon frère Thomas, on allait à l’athlé au lieu du centre aéré, on adorait ça. »


En 2006, la famille quitte Paris pour Saint-Denis. « J’ai eu un vrai coup de foudre. On s’est senti bien. C’est riche de gens ici », lance Annie. Au Forum des sports, elle découvre le club de Saint-Denis Émotion. « J’étais persuadée que l’athlétisme était un sport de jeune, que je n’y avais plus ma place. Je me trompais. » Elle renoue dans une structure qui lui correspond et s’essaie au triple saut. « J’ai senti que c’était pour moi. Dans ma jeunesse, les filles n’en faisaient pas. Moi, j’adorais déjà le mouvement, je le trouvais magnifique. »


Compétitrice dans l’âme, elle regoûte aux joies des concours, et replonge immédiatement. Son ascension est fulgurante. Elle s’impose au niveau régional, enchaîne les titres de championne de France et participe aux mondiaux de 2007, à Riccione, en Italie. « Je côtoyais le très haut niveau pour la première fois. Je ne m’attendais pas à une telle ambiance. J’ai constaté que les vétérans étaient aussi motivés que les plus jeunes ! Il y avait d’anciens champions olympiques, des professionnels qui en vivaient, des performances exceptionnelles. Au début, j’étais profondément stressée. Puis ça c’est envolé. »


En 2009, elle remporte l’argent aux mondiaux de Lahti, en Finlande, et vise l’or à ceux de Porto Alegre, cet automne. « En France, tout est à ta charge quand tu es vétéran. Je n’aurai pas les moyens d’aller au Brésil, sauf si je trouve des sponsors. »

Informaticienne, Annie s’entraîne 4 à 5 fois par semaine. « Je suis bien plus sérieuse et assidue qu’avant, sur l’hygiène de vie par exemple. Mais ce n’est pas une privation. Quand on sort d’une séance, on a rarement envie d’une bière et d’une choucroute ! » 

Coachée comme la véritable athlète qu’elle est par Jonathan Chimier, elle vient de battre à nouveau le record de France, avec un triple saut à 9m34.


« Je dépasse tous les scores établis quand j’avais 50 ans. Je progresse alors qu’habituellement on régresse à mon âge. Donc je ne sais pas quelles sont mes limites. » Pudique et souriante, Annie a le triomphe modeste. Ses nombreuses médailles, très majoritairement acquises ces dernières années, prouvent qu’il n’est jamais trop tard pour faire du sport, en loisir comme à très haut niveau.

Aurélien Soucheyre


Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur