À la une En ville

Quartier Confluence
/ Animations contre sauvette

Des activités légales pour reconquérir le parvis de la gare et ses abords aujourd’hui occupés par trafics et ventes sauvages, c’était le principal ordre du jour de la réunion du 27 juin avec les habitants du quartier Confluence.
Brochettes, cigarettes de contrebande... Sur le parvis de la gare SNCF, un grand marché de l'économie informelle.
Brochettes, cigarettes de contrebande... Sur le parvis de la gare SNCF, un grand marché de l'économie informelle.

La Ville en réservait la primeur aux habitants du nouveau quartier Confluence, le mercredi 27 juin à l’occasion d’une réunion publique au 6b. Pour contrer l’invasion des vendeurs à la sauvette, « dès cet été, des animations ludiques et culturelles portées par des associations seront présentes sur le parvis »de la gare SNCF, comme l’annonce Laurent Russier, dans sa dernière  Lettre du maire, diffusée ce soir-là. Élaborée suite à un appel à projets auprès d’associations culturelles, la programmation concentrée sur les week-ends alterne jeux, ateliers, et spectacles pour un public familial (voir ci-dessous). Dans l’assemblée d’une petite vingtaine de personnes, réunies autour de Michel Ribay, élu délégué au quartier, la nouvelle pourtant est accueillie avec autant de scepticisme que d’inquiétude. On craint un report des vendeurs sur le parvis ouest, limitrophe du quartier Confluence. « Ils resteront là où il y a le plus gros flux de voyageurs », estime au contraire l’élu. On redoute aussi leur réaction à se voir délogés, ne serait-ce que pour quelques heures. Un risque que la Ville entend en effet prévenir puisque les vigiles d’une société privée de sécurité veilleront au grain.

Cinq nouvelles implantations commerciales projetée à l'automne

« Ce ne sont pas des associations qui mettront fin aux activités illégales ! », s’écrie-t-on encore. À la suite de ces animations, des commerçants légaux aideront-ils eux aussi à regagner du terrain ? La Ville en fait le pari avec l’implantation, prévue à l’automne sur le parvis, de cinq activités alimentaires et de service, qui ont été sélectionnées par le Challenge Gare Partagée, l’appel à projets que la SNCF renouvelle pour la quatrième année à l’échelle nationale. La Ville constate pour s’en convaincre que les ventes illicites se maintiennent aujourd’hui à distance des rares commerçants réguliers du parvis, marchand de kebab, taxiphone et primeur ambulant. « Mais on ne fera pas de miracle. » À l’unisson du maire, Michel Ribay le concède lui aussi : depuis l’été 2017, où ont été densifiées les interventions policières, « les résultats ne sont pas à la hauteur ».

 « La vente se fait devant les caméras ! »

Les habitants du quartier, eux, ont la dent plus dure. « On voit les policiers traverser le parvis sans rien faire !»Et pour eux, cette police qui n’inspire aucune crainte « est discréditée ». Quant à l’utilité de la vidéosurveillance déployée sur la place de la gare et ses abords… « La vente des Marlboro se fait devant les caméras ! » Le dépit s’exprime d’autant plus fortement que ces cigarettes de contrebande « nous, on les voit arriver par cartons ». Certains de ces riverains ont même relevé pour les transmettre à la police «les heures et immatriculations des voitures » qui viennent livrer. Aucune suite n’aurait été donnée. « La question de la sauvette pour la police nationale passe après le trafic de stupéfiants et la vente d’armes», abonde Michel Ribay, qui n’en est pas moins critique envers la municipalité. Elle « a négligé la situation à ses débuts, dit-il. Elle n’a pas mis le paquet pour y mettre un coup d’arrêt ».

Une fréquentation de 90 000 voyageurs par jour 

Aujourd’hui, pour faire le ménage, la Ville mise aussi sur la réfection de ce parvis et de ses abords avec le chantier de rénovation de la gare programmé par la SNCF avec l’État et la Région. Les travaux préparatoires devraient débuter l’an prochain. Comme le signale M. Ribay, il en résultera « en 2021 un report des flux », côté ouest avec la nouvelle entrée de gare et le transfert de la station de tramway. De quoi inquiéter davantage les habitants du quartier Confluence qui seraient ainsi en première ligne des nuisances si la Ville n’obtenait pas la réouverture dans les locaux du bâtiment voyageur de l’antenne de la police nationale. Une antenne qui abriterait non plus une brigade ferroviaire comme à ses débuts en 2010 mais « des équipes dédiées à l’îlotage aux abords de la gare et aux enquêtes sur les trafics qui s’y opèrent ».  C’était en octobre la première exigence portée par la Ville dans le dossier de concertation sur la modernisation de cette gare, dont la fréquentation aujourd’hui de 90 000 voyageurs par jour pourrait atteindre les 150 000 en 2030. 

Fichiers à télécharger: 

Réactions

S'ils ne sont pas assez nombreux, les vigiles de la société privée se feront agressés par les vendeurs à la sauvette. Les organisateurs de ces ventes se battront pour maintenir leur chiffre d'affaires et harcèleront les vigiles.
Enfin..... Michel Ribay admet que la municipalité, dont il fait parti, a été d'une nullité crasse. Mais il ne va pas assez loin. Il faut rappeler qui était responsable du grand centre ville à l'époque???? Allez sans attendre, je vous donne la réponse. Laurent RUSSIER. A l'écouter au conseil municipal, la réalité glisse sur lui. Il n'y a aucune colère ni même aucune urgence. A part parader dans des fêtes et voir comment Londres a fait pour les JO... Son action est une supercherie. Il faut nommer les autres responsables de ce fiasco social. Comment en 2014, alors que le phénomène venait de naître, D. PAILLARD a osé parlé du bon vivre à Saint Denis. Et le pire M. RIBAY, c'est que ces mêmes élus à la tête de la ville vont vouloir se représenter devant les habitants sans honte et sans vergogne. Et le maire compte sur des futures travaux du parvis de la gare d'ici 2021... Toujours sur les autres.... Quand est ce que ce maire va prendre une décision forte face cette anomalie? Quand est ce que vous, ELUS, allez pensez une fois aux habitants?
Azzedine, j’apprécie particulièrement vos commentaires acerbes vis-à-vis de cette bande de shadoks professionnels. La municipalité est actuellement tiraillée par un problème insoluble qui la précipite dans une profonde schizophrénie. D'un côté elle se frotte les mains avec les entrées fiscales que génèrent l'arrivée de nombreux primo-accédants qui s'installent à La Plaine(ceux-ci ne se précipitent pas à St Denis par contre ...). De l'autre côté tous ces primo-accédants représentent la perte probable de leur petit mandat de professionnels de la politique ou d'office HLM(Peu de cumulard?). Les solutions trouvées par nos Shadoks en chef? Laisser pourrir les quartiers neufs comme le quartier Fratellini ou autres(sauf Front pop?) afin de créer un turn-over entre proprio dégoutés et futurs accédants mal informés. Accueillir toujours plus la misère du monde, même pas pour se donner bonne conscience mais pour s'assurer une abstention suffisante à chaque élections. Enfin j'ai une question pour vous Azzedine, vous qui êtes si bien informé : Avez-vous déjà vu une campagne de pub municipale visant à encourager le suffrage universel? Perso en 11 ans que je vis dans ce bourbier, je n'en ai jamais vu.
@cocosorus Il y a déjà eu des campagnes pour s'inscrire sur les listes mais elle se limitait à des affiches et des tracts dans les boites aux lettres. Vu l'incivisme dans la ville, la citoyenneté n'est pas la valeur la mise en avant dans la ville. Il n'y avait pas beaucoup d’énergies à demander aux habitants s'ils étaient satisfait de l'action municipale. C'est comme le gamin qui s'est fait renversé rue de la république... D. PAILLARD avait mis des panneaux. Vachement dissuasifs non ??? Saint Denis et ses élus sont la grenouille qui voulait se prendre pour un boeuf (Paris). L .RUSSIER dans une interview estime qu'il va mieux faire que Londres pour l'héritage des JO et en particulier sur la partie habitation. Déjà qu'il commence à améliorer le quotidien des habitants. Ceux qui y vivent et ceux qui paient le droit d'y habiter. Et pas de défendre ceux qui viennent foutre la merde (dealers sans papiers, multinationales, sans papiers) Ps: Le turn over des propriétaires permet de faire tourner les droits de mutation. Je trouve qu'il y a bcp d'agences immobilières pour une ville qui a 44% de logements HLM... Dans un conseil municipal, S. PRIVE a admis l'échec de la gestion urbaine de proximité. Les quartiers pauvres restent pauvres. Ceux qui le peuvent s'en vont. Ce qui fait la ville se maintient dans une pauvreté endémique. Ce que H. REBIHA a dit dernier conseil municipal est un aveu d'échec. Il estime que Saint Denis n'est pas devenu un ville quart monde. S'il ouvrait les yeux, il verrait bien que si.
@Azzedine - @cocosorus- Tout devient de plus en plus évident lorsqu'on écoute les échanges des C.M. : Le ciment fissuré de la majorité municipale ne tient que par la peur pour certains de perdre leurs indemnités !!! Tout le monde n'est pas Caro ...
En espérant que cela ne déplace pas le problème de ces revendeurs à la sauvette qui nous polluent l'atmosphère. C'est une honte et c'est irrespectueux pour ceux qui subissent cela, et voient que même la police sert à rien pour faire respecter l'odre au quotidien. Si c'est pour que le problème se déplace devant le Novotel de paris ou commencent déjà à avoir en permanence des revendeurs de cigarettes à la sauvette vociférant moulboro moulboro... super image pour les touristes venant à leur hotels, sans compter les odeurs d'urines aux alentours...bref y en a marre de payer impots fonciers et compagnie pour subir ça...faites quelques chose!!! au lieu d'acceuillir sans cesse des gens qui ne respectent rien et jouent les victimes et en profitent pour se faire de l'argent sur le dos d'honnêtes gens...c'est vraiment scandaleux de voir ça!!!

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur