À la une En ville

Conseil départemental
/ « Un plan jeunesse adopté avant l’été »

Mercredi 7 mars Azzedine Taibi et Silvia Capanema, conseillers départementaux PCF du canton Saint-Denis 2 (Stains et Saint-Denis Nord-est), élus en binôme en mars 2015, ont dressé le bilan de leur action à mi-mandat devant une cinquantaine de personnes en mairie. Entretien avec la Dionysienne du duo.
Silvia Capanema et Azzedine Taïbi, en réunion publique le 7 mars à Saint-Denis
Silvia Capanema et Azzedine Taïbi, en réunion publique le 7 mars à Saint-Denis

Le JSD : Que retenez-vous de ces trois premières années de mandat, vous qui découvrez le conseil départemental ?

Silvia Capanema : C’est un mandat de combat. Ma principale mission est de porter la voix de nos électeurs dans leurs différentes luttes, que ce soit pour la sauvegarde du parc Georges-Valbon ou contre les violences, avec les habitants de Floréal-Saussaie-Courtille. Par ailleurs, j’ai évidemment consacré beaucoup d’énergie à faire avancer les choses dans ma délégation (elle est vice-présidente à la jeunesse et à la lutte contre les discriminations). Un plan jeunesse va notamment être adopté avant l’été. Une nécessité pour le département le plus jeune de France. Dans le domaine de la lutte contre les discriminations, la collectivité a obtenu le label diversité de l’Afnor, pour le travail mené au sein de ses services. En direction du grand public j’aimerais que nous soyons en mesure de créer une sorte d’observatoire départemental des discriminations inspiré de l’observatoire des violences faites aux femmes.

Le JSD : Quel est l’état des relations entre les groupes de la majorité (PS 12 élus, EEL 2 élus, Front de gauche et insoumis 10 élus) au conseil départemental alors que vous vous êtes encore abstenue de voter le budget en décembre ?

SC : Avec Azzedine Taïbi nous nous sommes abstenus à l’occasion des votes des trois derniers budgets. Je sais que la situation financière du département est compliquée du fait de la non compensation intégrale du RSA par l’État depuis des années. Mais il existe des marges quand même. En 2018, 6 millions d’euros ont été dégagés pour des recrutements dans les secteurs en tension. Il faut investir mais il ne faut pas négliger le fonctionnement, c’est notre principal point de friction au sein de la majorité. Pour moi les électeurs sont plus importants que les accords de majorité. Notre légitimité c’est le suffrage universel. On essaie donc de faire avancer les choses dans l’intérêt de ceux qui en ont le plus besoin. Ce n’est pas toujours facile mais des bonnes choses ont été faites. Pour le bien public, au sein de la majorité nous avons des intérêts communs.

Le JSD : Que pensez-vous de l’éventuelle disparition des départements de la première couronne dont on parle fréquemment au moment d’évoquer l’avenir de la Métropole du Grand Paris ?

SC : Ce serait très grave. Des politiques de développement local menées par le département seraient menacées, ainsi que les personnels qui les portent. Ce serait aussi un problème démocratique. Nous sommes des élus de proximité. Nous faisons avec les gens. Je me dis que si le président de la République tarde à communiquer sur le sujet c’est peut-être qu’il se rend compte de l’importance des départements. Ce sont toujours les raisons budgétaires qui orientent les choix, mais je voudrais rappeler que le service public est là pour enrichir la population.

Propos recueillis par Yann Lalande

Réactions

Quel est le bilan du Conseiller Délégué Départemental chargé de l’Agenda 21 ? Le département de Seine-Saint-Denis est traversé par la Seine et la Marne. Qu'a fait le Conseiller Délégué Départemental chargé de l’Agenda 21 depuis avril 2015 pour l'aménagement des berges de ce fleuve et de cette rivière ? Le département de Seine-Saint-Denis possède un patrimoine comportant 345 kilomètres de routes. Depuis avril 2015 le Conseiller Délégué Départemental chargé de l’Agenda 21 a-t-il réfléchi à l'aménagement de pistes cyclables le long de ces routes départementales, notamment sur le territoire de Plaine Commune ?

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur