À la une En ville

Ensaf Haidar, invitée de l’Observatoire de la laïcité
/ « Nous avons payé le prix le plus fort »

Présidente de la fondation Raif Badawi pour la liberté, la Saoudienne Ensaf Haidar sera l’invitée d’honneur de la journée « Avec Charlie, laïcité j’écris ton nom », organisée samedi 13 janvier à la bourse du travail par l’Observatoire de la laïcité de Saint-Denis.
Ensaf Haidar, invitée d'honneur de l'Observatoire de la laïcité, le 13 janvier
Ensaf Haidar, invitée d'honneur de l'Observatoire de la laïcité, le 13 janvier

Réfugiée au Québec, Ensaf Haidar, 32 ans, se bat depuis cinq ans pour faire libérer Raif Badawi, son mari. Le blogueur a été condamné par la justice saoudienne à 10 ans de prison, 1 000 coups de fouets et 232 000 euros d’amende pour « insulte envers l’Islam ».  Le combat d’Ensaf et Raif pour la liberté d’expression a été récompensé en décembre 2015 du prix Sakharov remis par le parlement européen. Ce prix récompense les personnes ou organisations qui consacrent leur existence à la défense des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

 

Le JSD : Votre mari, Raif Badawi, a été condamné pour « insulte envers l'Islam ». Qu'a-t-il écrit ou fait de si grave aux yeux des autorités saoudiennes?

Ensaf Haidar : Raif est un homme en avance sur sa société. Lorsqu'il a été emprisonné, le 17 juin 2012, il avait 28 ans. Avec quelques compagnons, aussi bien des hommes que des femmes, il animait un forum sur Internet : Free Saudi Liberals (Libérez les libéraux Saoudiens). Il exposait ses idées et échangeait avec le public. Il faisait ce qu'on peut appeler de l'éducation populaire. C'est pourquoi il était en faveur de l'éducation, de la culture et de la connaissance. Pour lui, la liberté de conscience, la liberté des femmes et la liberté d'expression sont essentielles dans notre société. À l'époque, il prônait des réformes, des mesures d'ouverture, les mêmes que veut mettre en place le prince héritier Mohammed bin Salman aujourd'hui. Pour les femmes, il demandait l'abolition du tuteur, par exemple. Il a soutenu les campagnes des femmes pour conduire une voiture. S'agissant des croyances, il défendait l'idée qu'une personne ne peut être supérieure à une autre en raison de sa religion. Il riait de la fameuse mutawa, cette police des mœurs et d'al-abaya (police pour la promotion de la vertu et la prévention du vice). Ce forum créé en 2008 était très populaire. De plus en plus d'ailleurs. La suite tout le monde la connaît. Dans un pays comme l'Arabie Saoudite où les religieux occupent une place très importante, le travail de Raif était perçu comme une offense, une forme de révolution… avant l'heure. Un cheikh a énoncé une fatwa le traitant d'apostat. Au tribunal, cette accusation est tombée, sinon il aurait été condamné à mort.

Le JSD : Au regard de l'histoire tragique de votre famille, on a envie de dire que la liberté d'expression c'est un peu comme l'air qu'on respire : c'est quand on en manque qu'on se rend compte qu'elle est indispensable…

E.H. : Absolument! Nous avons payé le prix le plus fort. Mon mari est emprisonné. J'ai quitté l'Arabie Saoudite avec mes enfants qui sont privés de leur père. Cette situation est un déchirement permanent. Une terrible souffrance. Mais nous tenons bon !

Le JSD : Pourquoi avoir accepté l'invitation de l'Observatoire de la laïcité de Saint-Denis ?

E.H. :J'ai naturellement accepté l'invitation lorsque mon amie Djemila Benhabib m'a demandé d'être l'invitée d'honneur de cette journée pour plusieurs raisons. D'abord pour faire connaître le combat de mon mari. Vous savez que le 13 janvier est la date d'anniversaire de Raif. Il va avoir 34 ans en prison. Célébrer cette date avec les amis de l'Observatoire et de Charlie Hebdo nous permet d'affirmer que la liberté n'a pas de frontières. Raif et moi nous soutenons leur travail. Je sais que ce n'est pas facile pour eux non plus. Alors, il faut plus de solidarité entre nous. Beaucoup s'imaginent encore l'Arabie Saoudite avec des gens sur des chameaux mais n'ont aucune idée de l'engagement des progressistes. La France est le pays des droits de l'homme. Son histoire est très importante pour nous. La séparation de la religion et de la politique est au cœur de la démarche de Raif. Les Français comprennent ça. J'ai besoin de leur soutien comme de celui du président Macron et des autorités françaises pour libérer mon mari.

Propos recueillis par Yann Lalande

Programme

Journée « Avec Charlie, laïcité j’écris ton nom », organisée samedi 13 janvier à la bourse du travail par l’Observatoire de la laïcité de Saint-Denis, avec pour invitée d’honneur la Saoudienne Ensaf Haidar (lire page 3). Au programme : à 15h, ouverture avec André Gomar (président de l’Observatoire de la laïcité), Zaïa Boughilas (conseillère municipale déléguée à la vie associative), Ensaf Haidar (invitée d’honneur) et Jean-Pierre Sakoun (président du comité Laïcité République) ; à 15h45, table ronde « Laïcité, droits des femmes : principes d’émancipation universels », animée par Djemila Benhabib, écrivaine et militante politique ; à 18h30, lecture spectacle, « Lettre aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des racistes » par Gérald Dumont ; à 19h30, débat « Laïcité et éducation populaire » animé par Renaud Dély, directeur de la rédaction de Marianne. À la bourse du travail (9, rue Génin). Inscription obligatoire sur https://tinyurl.com/charlie13janvier. Entrée : 10 €, réduit 8 €, gratuit pour les scolaires et les étudiants. Une pièce d’identité sera exigée à l’entrée. 

Réactions

L'Arabie saoudite est l'allié de la France, le roi Saoudien a reçu la légion d'honneur en 2016 des mains de Hollande..le wahabisme Saoudiens est vomi par la plupart des pays musulmans dans le monde, leur rare soutient sont les USA, Israël, la France, la Grande Bretagne..qui soutiennent ce régime infâme. Donc merci de ne pas mélanger les musulmans avec cette infamie et de vous en prendre à leur soutient, sans qui ce régime n’existerait pas.
c'est devenu à la mode de mélanger tout et n'importe quoi, les conférences sur les musulmans les débats vont bon train, les gouvernements occidentaux doivent cesser tout soutien à ce pays qui tue des innocents au Yémen, quant à la laicité il faut ne pas la dresser seulement contre la religion musulmane ce pays de saoudes ne donne pas du tout envie d'y vivre et même si les lieux saints de l'islam s'y trouve, il ne représente pas les musulmans du monde
il s'agit surtout pour nous de soutenir une femme qui se bat ( avec ses enfants) pour la libération de son mari qui est en prison pour 10 ans et 1000 coups de fouets parce qu'il défend la liberté d'expression et les droits à l'égalité hommes/femmes le gouvernement français .s'honorerait à demander à un pays "ami" la libération d'un militant pour les libertés fondamentales et surtout entre les hommes et les femmes
"...J'ai besoin de leur soutien comme de celui du président Macron et des autorités françaises pour libérer mon mari." Pour celui de Macron, c'est raté. Tant que les dirigeants saoudiens auront de gros chéquiers, Macron ne bougera le bout d'un orteil pour les prisonniers politique d'Arabie Saoudite. Quant aux massacre d'innocents par le régime saoudien avec les armes françaises, ... il est hors de question de fâcher un si bon client !
En effet, "le gouvernement français s'honorerait..." Peut-être d'abord de cesser de soutenir les pires dictatures, de leur vendre des armes de guerre et du matériel de répression des foules, et de signer avec elles des "accords de partenariats" couvrant la mise en esclavage et le meurtre de milliers de migrant.es. Mais si un gouvernement avait un honneur, ça fait longtemps qu'on le saurait. La fRance, pays des droits de l'Ogre...
Il fallait entendre cette jeune femme parler dans sa langue (traduite en français) de ce qu'endure son mari au nom de la liberté d'expression, qu'il soit emprisonné en Arabie Saoudite ou ailleurs,les enfreintes aux libertés doivent mobiliser la communauté internationale. Quand on pense que des hommes et des femmes se sont battus depuis des décennies pour obtenir des droits,des libertés qui n'apparaissent plus toujours comme légitimes et indispensables ou que l'on cherchent à moduler. Merci au JSD d'avoir publié cet article
Quelle femme courageuse ! Elle a su rappeler à l'assemblée nombreuse l'importance de ne pas abdiquer face à l'injustice et à la censure, elle nous a rappelé la chance que nous avons, Français, d'avoir des droits égaux pour tous et surtout la liberté d'expression. Merci à l'OLSD pour cette journée qui rappelle à tous la chance de vivre sous un régime laïque et républicain protégé par la laïcité, garante de notre devise : liberté, égalité, fraternité.
@st denis Oui sauf que ce régime odieux est soutenu et entretenu par les pays laïques dont vous parlez, et quand un régime laïque s'affirme comme l'Irak, la Lybie, Afghanistan..qui étaient laïque. On s'empresse de les bombarder et de soutenir les terroristes pour abattre ces pays et soutenir des régimes mafieux, qui donneront leur pétrole. L'hypocrisie des oligarques occidentaux n'ont pas de limite et leurs habitants sont bercés par la propagande de leur journaux. La France 5ème puissance mondiale est classé 39ème par Reporter Sans Frontière pour la liberté de la presse, derrière des pays Africains soit disant sous dictature.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.