À la une En ville

Entretien avec Laurent Russier, 1ère partie
/ « Entendre la souffrance et l’impatience des Dionysiens »

Le 3 décembre, Laurent Russier a bouclé sa première année dans le fauteuil de maire de Saint-Denis. L’occasion de faire un tour d’horizon à 360 degrés des sujets d’actualité. Ceux qui fâchent comme ceux qui réjouissent.
Laurent Russier et Jaklin Pavilla
Laurent Russier et Jaklin Pavilla

 

Mi-mandat

 

Le JSD : Vous avez achevé le 10 novembre la séquence du bilan de mi-mandat. Quels sont les messages qui vous ont été adressés par les habitants à l’occasion de ces rencontres ?

LR : Je voudrais d’abord rappeler après un an de mandat que c’est un honneur d’être maire de la troisième ville d’Île-de-France et je mesure la responsabilité énorme que cela implique. Je suis un maire d’une nouvelle génération, sans tabou quant aux difficultés rencontrées et aux envies exprimées. Et ces rencontres de mi-mandat, comme d’ailleurs tous mes autres rendez-vous avec les habitants, ont renforcé ma détermination à être un maire toujours à l’écoute de ses administrés. Ce que j’ai entendu dans ces rencontres de mi-mandat, c’est d’abord la reconnaissance de l’action de la municipalité. Notamment en matière d’éducation. Nous sommes au rendez-vous en la matière en parvenant à accompagner la jeunesse de la ville avec la construction chaque année d’un groupe scolaire quand pour d’autres villes c’est l’aboutissement d’un mandat. La dynamique culturelle a été saluée aussi, ainsi que notre action dans le domaine de la santé ou de la solidarité. On va donc sanctuariser budgétairement ces politiques.

Après il faudrait être sourd pour ne pas entendre la souffrance et l’impatience des Dionysiens. Les préoccupations des habitants sur leur quotidien, la sécurité, la propreté, le cadre de vie, l’habitat insalubre sont remontées fortement. Nous devons répondre à ces urgences. L’impatience en la matière est forte, réelle et argumentée. J’ai aussi entendu l’envie des habitants de faire partie des enjeux de développement de la ville, entre les Jeux olympiques et paralympiques, le Grand Paris Express, la flèche de la basilique. Les habitants me demandent clairement : est-ce que la ville de demain sera encore pour moi ? Est-ce qu’elle offrira de meilleures conditions de formation à mes enfants ? Est-ce que nous aurons toujours les moyens d’y habiter ? Est-ce que ce n’est pas une ville qui va se construire sans moi ? Les Dionysiens ne veulent pas être spectateurs du devenir de la ville et je les comprends.

Je l’affirme, cette ville ne peut se construire qu’avec ses habitants. Le dynamisme dont nous bénéficions doit donc profiter aux habitants. Je veux m’entourer de l’intelligence collective et de toutes les personnes qui souhaitent participer au développement de la ville.

 

Propreté

 

Le JSD : Si je vous dis : « la ville est sale ». Quel est votre jugement sur la question ?

LR : Pour moi, c’est clair, je partage. Elle n’est pas toujours sale. Elle n’est pas partout sale. Mais elle est sale. Ce serait méconnaître le travail des agents de Plaine Commune pour maintenir un état de propreté de dire que rien n’est fait. Mais globalement la ville n’est pas suffisamment propre. Sur la propreté, ce sont la Ville et Plaine Commune qui sont en première ligne. Beaucoup trop de personnes ne respectent pas l’espace public. Ce n’est plus possible ! Pour y répondre, nous allons lancer la brigade verte de la propretéau premier trimestre 2018. Cette brigade de huit agents sera composée d’effectifs de la Ville. Elle se rendra dans les endroits reconnus comme les plus sales, afin de verbaliser les gens qui manquent de respect à l’espace public. Elle signalera également tout problème de propreté afin d’y remédier au plus vite. Et enfin sensibilisera aux bonnes pratiques. Cette brigade est d’abord une expérimentation, mais elle est sans doute amenée à se développer. On doit aussi continuer d’accompagner les bons comportements citoyens. Car quand ce sont les habitants qui donnent l’exemple, c’est très efficace.

Mais tout ça ne suffira pas. Je demande instamment à Patrick Braouezec et Plaine Commune de donner plus de moyens à ses agents pour la propreté à Saint-Denis, notamment sur les secteurs les plus fréquentés. Il faut plus de corbeilles de rue et il faut passer plus souvent. Je demande par exemple un deuxième passage propreté dans la rue Gabriel-Péri. Et puis il faut développer des colonnes enterrées, adaptées aux usages. Elles doivent pouvoir accepter les sacs de 50 et 100 litres qu’utilisent les familles, contre des sacs de 30 litres aujourd’hui. J’aidurci le ton, parce que j’ai l’impression de ne pas être entendu. Du coup, je me réjouis des premières réponses de Plaine Commune,coopérative de villes dont l’apport est fondamental pour notre territoire. Mais depuis 10 ans, Plaine Commune n’a pas suffisamment adapté les moyens aux usages qui se développent dans une ville attractive comme de Saint-Denis.

 

Fin de la première partie de l'entretien.

Deuxième partie : ordre public, insécurité

Troisième partie : grands projets, finances locales

Quatrième partie : stationnement, personnel municipal, politique locale

 

Propos recueillis par Yann Lalande et Sébastien Banse


Pour en savoir plus: 

Réactions

"La souffrance des dionysiens" ? Mais il y a encore quelques mois, on nous vendait" Saint-Denis la ville du bien vivre". Comment pourrait-on encore faire confiance à des Paillard et Russier nommés par Braouezec et donc débiteurs de ce laborantin responsable de la déchéance de la ville ? Les décisions récentes du même Russier démontent les prétendus changements annoncés: versement d'une aumône dite "budget citoyen" (!) aux comités de quartier tentative désespérée de ranimer ces mêmes comités, création d'un prétendu salon du livre populaire en réalité faux-nez d'un bourrage de crane politique,... Et le dionysien dans tout çà ? Circulez !!
Bonjour Comment se fait il que personne ne réagisse face à cette interview? Je tiens à rappeler à L. Russier qu'il est comptable de cette situation autant que ces prédécesseurs. D. Paillard et P. Braouezec sont toujours au conseil municipal et font comme si de rien était. Je vous ferez un decriptage de ce lancement de compagne. Cela se voit car il occupe l'espace médiatique et il devance B. Bagayoko. Personne n'est dupe. Il prépare le terrain. Il l'a fait à la S. Peu. Il devance les concurrents. Mais il y a de tel inimitiés dans cette majorité qu'il n'y arrivera pas. Et dire D. Pailard nous avait dit qu'il y faisait bon vivre à Saint Denis. L. Russier devrait lui demander des comptes sur sa gestion calamiteuse de la ville. Quel manque de courage.
@azzedine On réagit pas, car ce type n'a pas de légitimité, aucun Dyonisien ne l'a élu, il est insignifiant..Il peut raconter ce qu'il veut, on l'a vu à l'oeuvre lorsqu'il s'occupait du centre ville, tout le monde a put constater le désastre avec pour apogée les terroristes du Bataclan qui se sont logé dans un immeuble qu'ils avaient laissé en jachère pendant des années, aux mains des dealers et toxicomane à 2 pas de 2 écoles. Il a été nommé par Braouzec pour continuer sa politique, donc on sait tous à quoi s'attendre. De l'autre coté on a le PS, complètement intégré à l'idéologie Braouzec/Macron/S.Peu. A voir si Philippe Caro peut reprendre la main ou passer la ville à droite et éviter les racialistes qui interdisent aux blancs l'accès à des réunions car ils sont blancs tout simplement.
Bonjour @Azzedine - Compliqué de réagir ... Nous sommes passés de la "ville où il fait bon vivre " à la ville faite de "souffrance et d'impatience" ! Sur de nombreux points, Laurent Russier fait un constat lucide (Saleté/Insécurité/dealers). Pourquoi ce changement de discours ? La concurrence interne au sein de la majorité municipale pour 2020 ? ... c'est ce qui se raconte ...
Mais ce sont les 4 aigris habituels, Georges, Azzedine, Abdel et Mourad, solitaires à leur grand regret. Vous devenez les comiques de service, on est plié de rire à la lecture de chacune de vos proses. Continuez, ne vous arrêtez surtout pas.
Abdel , on se doutait mais maintenant c'est bien clair , votre rêve c'est une ville dirigée par la droite et l'extrême droite, ces deux partis sont si proches. Finit la diversion on sait a qui on a affaire ,la carte du FN c'est pour bientôt ? un penchant pour les REP de Vauquiez ?
Décidément, georges, Azzedine, abdel et Mourad : jamais contents. Si le maire dit quelque chose : pas d'accord. Si le maire dit le contraire : pas d'accord non plus (même quand le maire dit ce qu'ils auraient aimé entendre dire depuis longtemps)... Chez les petits enfants, ça s'appelle la crise d'opposition, ça passe avec l'âge, signe du développement de la maturité de l'enfant. Mais chez les adultes, ça se soigne ce genre de syndrome ?
@chapi-chapo @démocratie - Vous applaudissez quand Paillard certifie que St-Denis est une ville "où il fait bon vivre", vous applaudissez quand Braouezec annonce que St-Denis est un modèle mondial de gestion, vous applaudissez quand Russier affirme que St-Denis est une ville faite de souffrance et d'impatience, et il précise en surplus que la ville est sale, insécurisée et offerte aux dealers ... autrement dit vous applaudissez tout le temps, pour tout et son contraire .... De plus, j'ai écrit plus haut que le constat de Russier était un constat lucide ... donc vous me faites un faux procès mais les faux procès font sûrement parti intégrante de votre idéal politique.
Bonjour. @Démocratie. Je parle pour moi, je n'arrêterais pas. Alors qu'il y a qques posts de cela, vous en pouviez plus de mes commentaires. Rassurez vous. Tant que j'aurais l'énergie et la colère pour les écrire. Je m'en priverait pas. @ Dionysien. Il n'est pas question de droite ou de gauche car à Saint Denis, les élues ont juste l'étiquette de gauche. Ils n'ont pas le courage des anciens communistes. Ce sont devenues des notables. Eux mêmes se sont droitisés. Ne parlez pas de partis politiques. Regardez ce qu'a fait S. PEU Il s'est comporté de façon brutale au parti communiste pour imposer de force sa candidature. C'est de gauche cela ?? @Chapi chapo Le maire ne dit pas qques chose. Il dit le contraire du bilan du maire élu en 2014(L. RUSSIER est la liste sur laquelle il a été élu ou D. PAILLARD affirmait haut et fort, il fait bon vivre à Saint Denis). 2014, ce n'est pas loin... Que s'est il passé en 3 ans?? La ville et son état de droit c'est effondrée?? Non, L. RUSSIER dit ce que je dis depuis 10 ans mais que les élus ont refusé d'admettre. A t il du mérite ? Pas du tout. Je ne suis pas dans l'opposition systématique. Vous délirez... Je dénonce la bêtise et l'incompétence des élus. Ce n'est pas une question de partis mais de personnes. Je suis en colère car malgré ces défaillances fortes des élus (anciens maires) ils les gardent aux manettes. Inadmissible. Il croit qu'il va être élu maire... Il se trompe. Les dents de certains raillent le parquet. Même dans sa majorité. Ma question est pourquoi cette interview maintenant...? après avoir rencontrés les habitants...?? Prétexte. C'est juste pour occuper l'espace. Ce qu'il intéresse c'est d'être élu. Pas réélu. Car il a jamais été élu par les habitants.
@dionysien Mon rêve c'est une ville sans les racialistes gauchistes, sans les charognards qui s'enrichissent sur la misère depuis 2 décennies, mon rêve ce sont des dirigeants qui ressemble à leurs habitants, ce qui n'a jamais été le cas à St-Denis..
@Dyonisien, chapi-chapo Vos délires mentaux sont un carburant pour moi..

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.